LES TEMPS MODERNES

De : Charlie Chaplin /

1936 / USA / 1h27Comédie dramatique Romance

Charlot est ouvrier d’usine. Rendu malade par les machines et l’automatisme, il abandonne son poste pour finir à l’hôpital. À sa guérison, il est renvoyé à la fois par l’usine et par la société. Il recueille une jeune fille dans la misère et vit d’expédients. Veilleur de nuit dans un grand magasin cambriolé, il est emprisonné. La jeune fille est embauchée comme danseuse dans un cabaret. Quand Charlot sort de prison, elle le fait engager comme serveur. La défaillance d’un chanteur lui vaut d’improviser un numéro et c’est un triomphe. Mais les policiers découvrent la jeune fille qu’ils recherchaient pour vagabondage. Charlot et elle doivent à nouveau prendre la fuite…

Dossier pédagogiques à télécharger :

Catalogue CNC – Page 90 Dossier Pédagogique CNCAFFICHE PDF

 

Dans le cadre du dispositif Collège au cinéma 2022/2023- 6è/5è – 3è trimestre.

Pourquoi ce film a-t-il été sélectionné ?
Les Temps modernes, un film universel qui permet de découvrir une satire sociale grâce à l’humour du réalisateur le plus connu du jeune public, Charles Chaplin.

 

Distribution

Réalisation : Charles Chaplin
Scénario : Charles Chaplin
Compositeur : Charles Chaplin
Interprètes : Charles Chaplin, Paulette Goddard, Henry Bergman
Distributeur : Théâtre du Temple

Charlie Chaplin

Charles Spencer Chaplin, dit Charlie Chaplin débute sa carrière dans une troupe d’enfants danseurs de claquettes. En 1913, il est remarqué et engagé à la Keystone Comedy à Hollywood. Il crée alors le costume et le maquillage du personnage de Charlot le Vagabond. En l’espace d’une année, il prend le chemin d’une gloire internationale. En 1918, il monte son studio et dès lors met en scène plus de 70 films, parmi les quels Le Kid, La ruée vers l’or, Les Lumières de la ville, etc. Chaplin ne prend pas immédiatement le virage du parlant, lui qui avait conquis le public grâce à la pantomime. Il se lance enfin dans les dialogues avec Le Dictateur en 1940. Victime du Maccarthisme durant l’après-guerre, Charles finit par s’exiler et s’installe en Suisse en 1952 après la sortie de son film Les Feux de la rampe. Il tourne en Europe 2 films dont son dernier, La comtesse de Hong-Kong, en 1967.

Galerie photos