La leçon de piano

De : Jane Campion /

1993 / Nouvelle-Zélande, Australie, France / 2h01Drame Romance

La Nouvelle-Zélande au siècle dernier. Ada, mère d’une fillette de neuf ans, s’apprête à partager la vie d’un inconnu, au fin fond du bush. Son nouveau mari accepte de transporter toutes ses possessions, à l’exception de la plus précieuse : un piano, qui échoue chez un voisin illettré. Ne pouvant se résigner à cette perte, Ada accepte le marché que lui propose ce dernier : regagner le piano, touche par touche en se soumettant à ses fantaisies..

Comme toujours chez l’auteure, l’histoire est envisagée à travers le prisme féminin. Jane Campion signe une œuvre charnelle, où le plaisir féminin est mis en avant autour de personnages tiraillés entre ce qui leur a été inculqué, et leurs pulsions naturelles. Présenté au Festival de Cannes en 1993 dans la sélection officielle, le film se verra récompensé de la prestigieuse Palme d’or, pour la première fois décernée à une femme ! – La critique d’Atmosphères 53.

Dans le cadre de ciné-club des salles mayennaises 2019/2020

Distribution

Réalisatrice / scénariste : Jane Campion
Interprètes : Holly Hunter, Harvey Keitel, Sam Neill, Anna Paquin 
Compositeur : Michael Nyman
Producteur : Jan Chapman
Photographie : Stuart Dryburgh
Distributeur : Carlotta

Jane Campion

En 1982, Jane Campion démontre son talent dès son premier court-métrage, Peel, qui remporte la Palme du court à Cannes. C’est ensuite avec son film An Angel at my table, primé à la Mostra de Venise, que la réalisatrice acquiert une véritable notoriété. Elle poursuit la peinture d’une galerie de personnages féminins en marge avec La Leçon de piano, qui remporte la Palme d’Or en 1993. Plus de 30 prix internationaux complètent le palmarès de cette œuvre qui révèle la comédienne Holly Hunter. Pionnière dans l’univers encore très masculin du cinéma, Jane Campion est la première femme, et la seule à ce jour, à avoir reçu la Palme d’or et la première réalisatrice présidente du jury du Festival de Cannes (en 2014). Par la suite ses créations se font plus rares. Elle signe In the Cut en 2003 puis Bright Star en 2009. En 2013, elle se lance dans la réalisation d’une série télévisée saluée par le public et la critique : Top of the Lake.

Galerie photos

Donec libero diam et, pulvinar libero ultricies amet, leo risus. quis