17 septembre 2020

Résidence ORLY Ciné concert

2020 aura été une année des plus particulières. C’est ainsi qu’Atmosphères 53 a décidé d’accompagner une nouvelle résidence singulière elle aussi : la création d’un ciné-concert par deux artistes mayennais, Cyril Coupé (alias Lyricx) et Benoit Gautier (alias Beg). Librement inspirée des images du film « La Jetée » de Chris Marker, le projet fait dialoguer musique, image et parole et invite à la redécouverte totale de cette œuvre culte du 7ème art. C’est en effet une adaptation tout à fait personnelle qui nous est livrée. Nouvelle musique, nouvelle voix-off et nouveau texte, « ORLY » nous plonge dans une toute autre histoire, celle d’un homme à la recherche de la femme qu’il aime, perdu dans le temps et dans ses souvenirs.

À l’aube d’une tournée dans le Département organisée par Atmosphères 53, Lyricx et Beg reviennent pour nous sur l’essence du projet, sa création et les différents temps de résidence accompagnés par Atmosphères 53 :

Où et comment est né le projet ?
Lyricx : « Ce projet émane d’une envie de longue date de travailler sur ce film que j’ai découvert il y a très longtemps et qui m’avait marqué. J’ai essayé plusieurs fois au cours de mon parcours en tant que musicien de travailler dessus, mais je n’arrivais pas à trouver une forme satisfaisante. C’est donc en fin d’année 2019 que je me suis remis à travailler sur le projet en proposant à Benoit de faire sur la voix off. »

Beg : « Il m’a proposé dans un premier temps de refaire la voix off telle qu’elle était. Quand j’ai su qu’il retravaillait la musique, j’ai eu envie de refaire également le texte. C’est à partir de ce moment que le projet commun de créer un ciné-concert a démarré.
Cyril avait fait le choix de réécrire la musique avec de fortes influences Post-rock, c’est-à-dire avec une accumulation de boucles, qui correspondent au film et à cette idée que les boucles qui sont créées dans le passé restent également dans le présent et se superposent.
À l’inverse de Cyril, je n’avais jamais vu le film. J’ai donc fait le choix, après l’avoir regardé une première fois de me mettre tout de suite à la réécriture du texte, sans le visionner davantage. L’idée de réécrire à la première personne m’est tout de suite venue. Et ce que je voulais vraiment, c’était entendre parler le héros. Dans ma réécriture, la femme est donc centrale, avec une histoire beaucoup plus axée sur le côté romantique de leur relation. » 

Lyricx : « Dans le processus de création, il y a eu énormément d’aller-retours car le texte a permis de poser certaines ambiances musicales. Le texte a continuellement nourri la musique. »

Beg : « La première chose qu’on a fait, c’est de montrer le film à nos amis. On leur a demandé de venir voir le film mais sans la voix off. À la fin, on leur a posé des questions sur leur compréhension de l’œuvre. Cette étape nous a permis de nous dire ; « les images racontent déjà quelque chose, maintenant on est libre de construire autour ! »
« Avant de rentrer en résidence, il y avait déjà un an d’écriture et de recherche qui s’était écoulé, avec de nombreux tests devant du public pour nourrir le processus créatif. »

Résidence 1 : appréhension de l’œuvre avec Arnaud Lambert.
Lyricx : « La rencontre avec Arnaud Lambert a été très libératrice. En plus des connaissances qu’il a pu nous apporter sur le film et son réalisateur, il nous a vraiment conseillé de ne pas parler du projet comme d’une adaptation. C’est une lecture très personnelle de « La Jetée » et non une réécriture universitaire qui collerait à l’œuvre originale. C’est une autre vision que l’on vient partager. »

Résidence 2 : technique et son avec Thomas Ricou
Beg : « La deuxième résidence portait sur un travail autour du son. C’était pour nous une problématique très importante car on avait le souhait de faire tourner ce ciné-concert dans plein d’endroits très différents ; en salle de cinéma, chez l’habitant, dans des milieux plus underground, etc. Cette résidence a permis à notre technicien, Jérémie, de travailler sur les particularités du son en configuration cinéma.  »

Résidence : lecture et intentions avec Laurent Menez.
Beg : « J’ai fait cette résidence seul. Elle m’a permis d’apprendre des techniques de lecture, des intentions mais aussi de comprendre le sens d’un texte, à travers le regard critique d’un comédien. Et aussi de faire des choix quant à mes intentions de jeu et de lecture, car tout n’est pas forcément bon à prendre. »

Résidence : mise en scène avec Thomas Poli.
Lyricx : « En deux jours, on a fait un travail intense autour des textures sonores qui reflètent aussi énormément les images du film. Cela nous a amené à travailler sur les différentes ambiances sonores, des textures plus que des mélodies. On a poussé assez loin ce travail pour arriver à un objet, qui d’un point de vue sonore est super intéressant.»

Aussi bien un dialogue entre les images et la musique, qu’un dialogue entre le public et l’oeuvre, ORLY est à découvrir dans les salles du département à partir du 12 octobre 2020 (Evron).

 

21 juillet 2021

Le point sur l’accès aux salles de cinéma en Mayenne

A compter d’aujourd’hui, mercredi 21 juillet 2021.  En tous les cas, pas besoin de pass sanitaire pour les moins de 18 ans.  Cinéville, LavalEntre 12h et 22h, pass sanitaire obligatoire.Avant […]

3 juin 2021

Festival du film d’archéologie

17, 18 et 19 juin 2021, en Mayenne / 4ème édition Fouillez le programme Avec le musée du Château de Mayenne, le musée archéologique de Jublains, le cinéma Le Vox […]