Le sixième jour 

De : Youssef Chahine /

2007 / Egypte, France / 1h45Comédie dramatique

Le Caire 1947: l’épidémie de choléra bat son plein. Saddika vit avec son mari paralytique et son petit fils Hassan dans un sous-sol. Elle rêve du prince charmant et fréquente assidûment les cinémas. Un jour Hassan ramène à la maison Okka, le séduisant montreur de singes, qui découvre facilement la femme dans la mère sacrifiée. Mais Hassan est atteint par la terrible maladie et Saddika mettra tout en œuvre pour sauver son petit-fils.

Vous rêviez de voir Dalida en sublime tragédienne ? Youssef Chahine, le grand réalisateur égyptien, l’a fait ! Elle incarne une humble lavandière à la vie austère et rude, que va ranimer l’étincelle de l’amour. Sur fond d’impérialisme britannique et de misère sociale que symbolise la terrible épidémie de choléra qui s’abat sur le peuple, la révolte gronde, l’espoir et l’amour éclosent ! Un film bouleversant à ne pas manquer !

Dans le cadre de ciné-club des salles mayennaises 2019/2020

Distribution

Réalisateur : Youssef Chahine
Interprètes : Mohsen Mohiedine, Dalida, Hamdy Ahmed, Shouweikar
D’après l’oeuvre de : Andrée Chédid
Compositeur : Omar Khairat
Photographie : Mohsen Nasr
Distributeur : Tamasa Distribution

Youssef Chahine

Youssef Chahine, le plus célèbre cinéaste d'Égypte, voire du monde arabe, est né en 1926 à Alexandrie et a étudié le cinéma en Californie. De Gare Centrale au Destin, du Moineau à L’Émigré, il a signé une œuvre généreuse, courageuse, combative, inventive, inspirée par sa vie de cinéaste et de citoyen, nourrie du souvenir des films hollywoodiens de son enfance, en particulier les comédies musicales. Il a laissé 40 films en 50 ans de carrière, qui donnent à voir l'histoire mouvementée du XXème siècle d’un tout autre point de vue. Fréquemment confronté à la censure, il n’a cessé de dénoncer la bêtise et l'intégrisme, tout en multipliant les choix stylistiques, du mélodrame chanté à la reconstitution historique ou à l'évocation autobiographique. Figure incontournable du cinéma oriental, il incarne bien au-delà un cinéma universel et humaniste, un cinéma aux carrefours de l’Orient et de l’Occident, de l’engagement et du divertissement.

Il a reçu un Prix pour l'ensemble de la carrière au Festival de Cannes en 1997 et vient de faire l’objet d’une rétrospective intégrale à la Cinémathèque française. Un réalisateur à découvrir d’urgence.

Galerie photos

ut fringilla tempus id at dolor. mattis nec felis sem, elit. non