La Guerre des boutons

De : Yves Robert /

1962 / France / 1H30Comédie

A partir de 6 ans

Depuis plusieurs générations, les enfants des villages voisins de Velrans et de Longeverne se livrent une guerre sans merci et sans véritable trève. Malheur au vaincu : il repartira en courant, sa culotte et ses bretelles entre les mains, tous ses boutons arrachés, la honte et la déconfiture peintes sur le visage. A la maison, le combat se poursuit par les reproches parentaux. Les chefs des deux bandes rivales, l’Aztec et Lebrac, essuient l’un après l’autre l’humiliant outrage. Lebrac, stratège de génie, imagine un jour de désarmer l’ennemi et d’apaiser la colère des mères raccommodeuses en demandant à ses troupes de charger en tenue d’Adam.

Cinéma en plein-air 2018.

Prochaines
séances

Distribution

Réalisateur : Yves Robert
Scénario : Yves Robert, François Boyer
D’après l’œuvre de : Louis Pergaud
Interprètes : Andre Treton, Martin Lartigue, Michel Galabru
Compositeur : José Bergmans
Photographie : André Bac
Distributeur : Gaumont Distribution

Yves Robert

Yves Robert débute sa carrière artistique dans les cafés-théâtres en étant remarqué pour ses qualités de mime et d'imitateur. Sa première apparition au cinéma remonte à 1948. René Lucot lui donne un rôle dans Les Dieux du dimanche. Après quelques films assez mineurs Marcel Carné l'engage pour Juliette ou la Clé des songes. Après un court métrage : Les bonnes manières, il réalise Les Hommes ne pensent qu'à ça, mais c'est Ni vu ni connu qui l'impose comme un metteur en scène à part entière.

En tant que producteur, en association avec son ami Gilbert de Goldschmidt, il révèle en France les œuvres des Monty Python. Grand découvreur de talents, il contribue à faire connaître ou reconnaître Louis de Funès, Pierre Richard, Anny Duperey. Sa collaboration avec Pierre Richard marqua notamment sa carrière avec trois films à succès dont la saga du Grand Blond avec une chaussure noire (1972) et Le Retour du grand blond (1974).

Galerie photos

a86133bbc02da00e316f92e88fd4036bLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL