Festival du film judiciaire de Laval

jeudi 9 et vendredi 10 décembre 2021, au Cinéville (Laval) + 11 décembre 2021, au Trianon (Bourgneuf-la-Forêt)


Pour cette 12ème édition, il nous tenait à cœur d’aborder une variété de thèmes fondamentaux, notamment le droit environnemental et le droit du travail. En effet, le puissant « Dark Waters » est un magnifique réquisitoire contre le règne des intérêts financiers au détriment de la santé publique, tandis que « Made in Bangladesh » nous révèle ce qu’il se cache derrière nos vêtements bon-marché à travers le combat d’une jeune ouvrière bengalie pour créer un syndicat. « Des Hommes », tourné dans la prison des Baumettes à Marseille, nous emmènera à la rencontre aussi bien des détenus que de ceux qui les accompagnent, dévoilant un microcosme méconnu. Enfin, « La fille au bracelet », huis-clos intense et haletant, nous ramènera sur les bancs du procès d’assisse et nous poussera à requestionner sans cesse nos propres interprétations. Afin de retrouver le plaisir de l’échange en salle, de nombreux invités apporteront un éclairage sur les questions de cinéma et de justice.

⚖ En partenariat avec Ville de Laval, le tribunal judiciaire de Laval, l’Ordre des avocats du Barreau de Laval, le Contrat de ville de Laval Agglo, le Conseil départemental d’accès au droit de la Mayenne, la Faculté de droit – Antenne de Laval, l’Education nationale – Mayenne, France-Bleu Mayenne, M’lire Laval ⚖

JEUDI 9 DECEMBRE – 18:00 – Cinéville (Laval)

DARK WATERS de Todd Haynes (2020, USA, 2h08) – VOST

Invitées : SABRINA ROBERT-CUENDET,
Professeur de droit international public – Le Mans Université et NOÉMIE MOREL, juriste en droit de l’environnement – France Nature Environnement Pays de la Loire.


Robert Bilott est un avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques. Un jour, il va découvrir que la campagne idyllique de son enfance est empoisonnée par une usine du puissant groupe chimique DuPont, premier employeur de la région. Afin de faire éclater la vérité, il va risquer sa carrière, sa famille, et même sa propre vie.
Sombre, captivant et d’une grande maîtrise, ce thriller militant est magnifiquement porté par son interprète Mark Ruffalo. – Atmosphères 53

JEUDI 9 DECEMBRE – 21:00 – Cinéville (Laval)

MADE IN BANGLADESH de Rubaiyat Hossain (2019, Bangladesh, 1h35) – VOST

Invités : Maître PASCAL LANDAIS,
avocat en Procédure civile, Droit du travail et droit social et ALAIN VOISIN, membre de la section Laval/Mayenne de la Ligue des Droits de l’Homme.


Shimu, 23 ans, travaille dans une usine textile à Dacca, au Bangladesh. Face à des conditions de travail de plus en plus dures, elle décide avec ses collègues de monter un syndicat, malgré les menaces de la direction et le désaccord de son mari. Ensemble, elles iront jusqu’au bout.
Portrait vibrant et coloré de la lutte d’une ouvrière face à l’exploitation et au patriarcat, cet hymne à la sororité nous rappelle que le droit du travail est le fruit d’un combat, jamais vraiment terminé. – Atmosphères 53.

VENDREDI 10 DECEMBRE – 18:00 – Cinéville (Laval)

LA FILLE AU BRACELET de Stéphane Demoustier (2020, France, 1h36)

Invités : MARIE-CECILE THOUZEAU,
Présidente de la cour d’appel d’Angers et Maître NICOLAS DIRICKX, Bâtonnier du barreau de Laval.


Lise a 18 ans, elle vit dans un quartier résidentiel sans histoire et vient d’avoir son bac. Mais depuis deux ans, Lise porte un bracelet électronique car elle est accusée d’avoir assassiné sa meilleure amie.
Une mise en scène tendue, parfaitement maîtrisée et le mutisme déroutant de la jeune actrice distillent le doute qui ronge le spectateur autant que les protagonistes. – Atmosphères 53

VENDREDI 10 DECEMBRE – 21:00 – Cinéville (Laval)

DES HOMMES de Jean-Robert Viallet, Alice Odiot (2020, France, 1h20, doc)

Invité : FABRICE MORIO
, éducateur de la Protection Judiciaire de la jeunesse.


Trente mille mètres carrés et 2 000 détenus dont la moitié n’a pas 30 ans. La prison des Baumettes raconte la misère, la violence, les abandons et les espoirs aussi. C’est une histoire avec ses cris et ses silences. Un concentré d’humanité.
Sans misérabilisme, ce documentaire poignant révèle les souffrances de l’incarcération à travers une mise en scène immersive et la parole libre de ces hommes en mal d’horizon. – Atmosphères 53

SAMEDI 11 DECEMBRE – 20:30 – Cinéma Le Trianon (Bourgneuf-la-Forêt)

LA FILLE AU BRACELET de Stéphane Demoustier (2020, France, 1h36)

Invités : SABINE ORSEL,
Madame le Président du tribunal de grande instance de Laval et NICOLAS THÉVENIN, professeur et critique de cinéma.


Lise a 18 ans, elle vit dans un quartier résidentiel sans histoire et vient d’avoir son bac. Mais depuis deux ans, Lise porte un bracelet électronique car elle est accusée d’avoir assassiné sa meilleure amie.
Une mise en scène tendue, parfaitement maîtrisée et le mutisme déroutant de la jeune actrice distillent le doute qui ronge le spectateur autant que les protagonistes. – Atmosphères 53

Tarifs : 
Cinéville – Tarif adhérents Atmosphères 53 – 6€
Tarif normal – 7€
Carte ciné-liberté -5,50€

Cinéma Le Trianon – Tarif adhérents Atmosphères 53 et – de 14 ans – 4€
Tarif normal – 5€

Pour les scolaires (collégiens et lycéens).

Le Festival du Film Judiciaire de Laval est aussi l’occasion pour les plus jeunes d’aborder des questions de justice, de citoyenneté et de cinéma.

Au programme :
JEUDI 09.12 à 8h45 – Le labyrinthe du silence de  Giulio Ricciarelli
JEUDI 09.12 à 13h45 – La Fille au bracelet de Stéphane Demoustier

VENDREDI 10.12 à 8h45 – Made in Bangladesh de Rubaiyat Hossain
VENDREDI 10.12 à 8h45 – Nevada de Laure de Clermont-Tonnerre

Chacune des séances scolaires sera accompagnée par un/des professionnel(s) et le tarif s’élève à 4€/élève (gratuit pour les accompagnants). 

FORMULAIRE D’INSCRIPTION Plaquette FFJL