Reflets du cinéma : Terres d'ici et d'ailleurs

Rêver un monde habitable

La 7e édition du festival des Reflets, parrainée par l'écrivain Jean-Loup Trassard - avec le soutien du conseil général de la Mayenne et de nombreux autres partenaires, institutionnels, associatifs et privés - vous invite à un voyage à la campagne, vers des Terres d'ici et d'ailleurs.

Quel est le sens de ce voyage ? Le cinéma s'est imposé au XXe siècle comme l'un des phénomènes les plus marquants de la nouvelle civilisation urbaine et, de fait, la plupart des films, par leurs thèmes, leurs héros, leurs publics, s'inscrivent dans l'espace moderne de la Grande Ville. D'une manière plus secrète, cependant, en particulier au travers de genres souvent sous-estimés comme le documentaire ou le western, le cinéma se relie à un autre espace, archaïque et toujours renouvelé, familier et mythique - celui des pays, des paysages et des paysans.

Alors qu'une antique civilisation rurale achève un peu partout dans le monde de s'effondrer, nous sommes beaucoup à nous demander comment préserver, en nous et hors de nous, cet autre espace, comment habiter nos terres d'ici et d'ailleurs, notre Terre ? Peut-être les films qui vous sont proposés dans cette nouvelle édition des Reflets partagent-ils, par-delà leur grande diversité, cette commune interrogation ; peut-être aussi s'obstinent-ils à rêver en leur propre pouvoir de créer un monde habitable. Car telle est la magie du cinéma.

Antoine Glémain

__________


Dans le western la nature est toujours présente, mais aussi les chevaux, écuries et granges, tout une architecture de bois, c'est sans doute pourquoi m'a tellement séduit ce genre cinématographique qui inventait une forme de vie rurale, même si mes racines depuis la petite enfance sont attachées au travail de la terre, à la ferme de polyculture et d'élevage que nous connaissons en Mayenne. dès que j'ai commencé à écrire, c'est justement cet univers-là, les gens, les saisons, les outils, les matières, que j'ai voulu dire. Je continue encore.

Le cinéma, au-delà d'une toile mal tendue, après guerre, dans un hangar de Saint-Hilaire-du-Maine, au-delà de quelques séances dans une salle sur le quai de la Mayenne quand j'étais pensionnaire assez libre au lycée de Laval, ce fut plus tard à Paris où nous y allions, étudiants, plusieurs fois par semaine et même, courant d'une salle à l'autre pour deux films dans la soirée.

Aujourd'hui, voici qu'Antoine Glémain et ses complices d'Atmosphères 53, avec le programme choisi pour ce festival Terres d'ici et d'ailleurs, m'offrent un rapprochement entre ma passion pour la terre et un goût encore vif pour le cinéma. Le temps manque toujours mais, en plus des livres, j'aurais aimé, vraiment, essayer de faire des films, car l'écriture ne peut pas tout exprimer et quel que soit l'art pratiqué nous avons l'impression que le réel nous file entre les doigts.

Trop rares peut-être, et du moins trop divers, les films qui montrent la terre, ou même ce qu'aujourd'hui on nomme ruralité, ne relèvent pas d'un genre nettement défini, comme le prouve la variété des points de vue qui sont réunis ici. Le cinéma français, s'il a un peu filmé la campagne et ses habitants, a tout de même produit quelques chefs-d'oeuvre sur le thème, parfois rien qu'en le développant comme une toile de fond. Le cinéma à l'étranger paraît, çà et là, s'approcher plus intentionnellement de la terre, pour des raisons sociales puisque trop souvent terre rime avec misère.

Ce que nous pouvons espérer pendant le festival des Reflets - en plus d'une découverte émerveillée pour certains de l'art cinématographique - c'st que se fasse jour une solidarité avec ceux "d'ici et d'ailleurs" concernés de quelque façon par l'agriculture et l'élevage, ou la vie d'un village, les paysages à préserver, la nature à sauver. Pour l'avoir ressenti, je crois que le partage des connaissances, de soucis et de valeurs quand la terre se révèle être notre médiatrice, conduit, peut-être même joyeusement, à la fraternité.

Jean-Loup Trassard

__________


Rencontres d'écrivains européens

- Ecrire la vie rurale aujourd'hui 1

- Ecrire la vie rurale aujourd'hui 2


__________


Programmation

- Abouna de Mahamat-Saleh Haroun

- Amour d'enfance de Yves Caumon

- L'Ange de l'épaule droite de Djamshed Usmonov

- Biquefarre de Georges Rouquier

- La Cage de Alain Raoust

- C'est quoi la vie ? de François Dupeyron

- De L'autre côté de Chantal Akerman

- Et la vie continue de Abbas Kiarostami

- Être et avoir de Nicolas Philibert

- Goshu, le violoncelliste de Isao Takahata

- Les Harmonies Werckmeister de Béla Tarr

- Japon de Carlos Reygadas

- Les Moissons du ciel de Terence Malick

- L'Oiseau d'argile de Tareque Masud

- Le Papillon de Philippe Muyl

- Le Pays du chien qui chante de Yann Dedet

- Profils paysans : l'approche de Raymond Depardon

- Quand tu descendras du ciel de Eric Guirado

- Respiro de Emanuele Crialese

- Sept chants de la Toundra de Markku Lehmuskallio et Anastasia Lapsui

- Le Souffle de Damien Odoul

- Les Terriens de Ariane Doublet

- Tras-os-montes de Antonio Reis et Margarida Martins Cordeiro

- Un temps pour vivre, un temps pour mourir de Hou Hsia Hsien

- Y aura-t-il de la neige à Noël ? de Sandrine Veysset

Rétrospective Manuel Poirier

- Western

- ... A la campagne

- Les Femmes... ou les enfants d'abord...

Courts métrages

- Chassé croisé de Gilles Deroo et Patricia Deboosere

- Naturellement de Christophe Le Masne

- Prêt-à-porter de Imm Ali de Dima El-Harr

- Bertzea de Saffy Nebbou

- Oiseau, oiseau de Benoît Pelé

- Le Voeu de David Alaux

Carte blanche à Michel Boujut

- Native land de Paul Strand

- Viennent les jours de Serge roullet

Cinéma expérimental

- Kinematographische studien an impatiens de Wilhelm Pfeffer

- Une nuit sur le mont chauve de Alexandre Alexeieff

- Glimpse of the garden de Marie Menken

- Mr Hayashi de Bruce Baillie

- My name is Oona de Gunvor Nelson

- Makimono de Werner Nekes

- Echos systèmes de Isabelle Dehay

Soirées Pierre Guicheney

- Le Bal des génies et La Main chaude - Guérisseurs du bocage

Programmation scolaire

- Les Contes de la mère poule

- L'Homme qui plantait des arbres de Frédéric Back

- Le Vieil homme et l'enfant de Claude Berri

- Himalaya, l'enfance d'un chef de Eric Valli

- Un enfant de Calabre de Luigi Comencini

- Les Raisins de la colère de John Ford
Reflets du cinéma : Terres d'ici et d'ailleurs
du 19 mars au 01 avril 2003


accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques