La Vache
(Gâv)




Hassan vit en Iran, dans un village isolé et pauvre, et possède une vache. Hassan et les villageois aiment cette vache qui leur fournit tout leur lait. Un jour pourtant, la vache meurt, en l’absence de son propriétaire. Les villageois n’osent pas le dire à Hassan et prétendent que la vache est seulement partie divaguer. Hassan ne peut pas croire que sa vache l’ait ainsi quitté : il la recherche jusqu’à en délirer et à s’identifier à elle. Les villageois l'enchaînent et décident de l'emmener à la ville pour le faire soigner. En chemin, il s'enfuit...

Ce film est un jalon majeur dans l’histoire du cinéma iranien. De nombreux cinéastes iraniens essaieront comme lui ensuite de mêler, dans des récits apparemment très simples, réalisme social, fable politique et métaphysique, allusions à l’histoire persane (en l’occurrence celle du prince Nuh Ibn Mansour, qui se prenait pour une vache et qui fut guéri de son illusion par le célèbre médecin Avicenne), emprunts aux cultures de l’Inde et de l’Occident… Dariush Mehrjui invente peut-être surtout ici une figure obsédante que l’on retrouvera dans beaucoup de films iraniens : « celle du personnage obstiné à retrouver l’objet unique de son attachement (ici une vache), le dépositaire de ses espoirs et de ses craintes, quitte à risquer de se perdre, ou à se perdre vraiment. » (Jean-Philippe Tessé, Chronic’art).

Antoine Glémain
Iran, 1969
1h40

Réalisation : Dariush Mehrjui
Scénario : Gholam Hossein Saedi, Dariush Mehrjui
Photographie : Fereydon Ghovanlou
Interprètes : Ezatollah Entezami, Ali Nassirian, Jamshid Mashamyekhi
Source : Farabi cinema Foudation

Prix de la critique au festival de Venise en 1971
Analyse du film (Engl.) - flickerings.com
Critique (Engl.) - filmsufi.blogspot.com
Critique - fantastikasia.net
Critique - moviessansfrontiers.blogspot.com
Dariush Mehrjui - cinemairanien.com
Vidéo. D. Mehrjui parle de son film (Engl.)

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques