Close-up
(Nemay-e nazdik)




L’histoire vraie d’un chômeur qui se fait passer pour le célèbre cinéaste Mohsen Makhmalbaf. Sous prétexte de préparer un film et de chercher des lieux de tournage, il s’introduit dans l’intimité d’une famille riche de Téhéran. Le père, intrigué par les propos d’un journaliste méfiant, enquête sur l’homme et finit par faire arrêter le faux metteur en scène. Celui-ci passe en procès…

Ayant obtenu l’autorisation de filmer le procès, Kiarostami explique ouvertement à l’accusé que s’il a des choses à dire au tribunal mais que celui-ci ne veut pas l’écouter, il pourra le dire à la caméra qui le filme en close-up (gros plan). « Ici, le cinéma est au service d’un homme qui quelques jours plus tôt a été conduit en prison à cause de ce cinéma justement. C’est le cinéma qui le perd et qui le sauve aussi. » (Mamad Haghighat)

Dans ce film vertigineux, chacun joue à être un autre : l’imposteur, évidemment, mais tout autant ses accusateurs. « Le procès pour duperie devient en même temps un plaidoyer pour le droit à la fiction, à changer de peau, à "faire du cinéma". » (François Niney)

Antoine Glémain
Iran, 1990
1h30

Réalistion et scénario : Abbas Kiarostami
Photographie : Ali Reza Zarrindast
Interprètes : Ali Sabzian, Hasan Farazmand, Mohsen Makhmalbaf
Distribution : Celluloid Dreams
Abbas Kiarostami - cineclubdecaen.com
Abbas Kiarostami - fr.wikipedia.org
Abbas Kiarostami - sensesofcinema.com
Abbas Kiarostami, par Caroline Renard - lignes-de-fuite.net
Critique (Engl.) - momotom.net
Critique - critikat.com
Critique - piston.hautetfort.com
Dossier - telerama.fr
Une analyse du film par Hormuz Kéy, dans un article sur l'histoire du cinéma iranien - mag.gooya.com (revue Euroorient)

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques