Goodbye dragon inn
(Bu San)




Taïwan. Un cinéma de quartier s'apprête à fermer ses portes à tout jamais. Pour sa dernière séance le cinéma projette Dragon inn, un film chinois à succès des années 60. Un jeune homme d'origine japonaise se réfugie à l'intérieur du cinéma pour se protéger de la pluie.

L'ouvreuse infirme et le projectionniste n'ont jamais eu l'occasion de se rencontrer bien qu'ils travaillent dans le même cinéma. Puisque cette nuit est leur dernière chance de se connaître, la jeune femme souhaite partager son fortune cake en forme de pêche avec lui. Ne le trouvant pas dans sa cabine, elle part à sa recherche mais il n'est jamais là où elle le cherche. Pendant ce temps, dans la salle, l'homme japonais remarque deux individus qui ressemblent aux acteurs du film. Uniques spectateurs, ils regardent et se souviennent.

Y a-t-il véritablement des spectateurs dans cette immense salle de cinéma ? On peut en douter tant la présence des différents protagonistes est fantomatique. Ils sont comme des êtres représentatifs des spectateurs qui venaient habituellement et surtout des manières dont les uns et les autres avaient coutume d'user de la salle de cinéma et de ses couloirs. Tsaï Ming-liang montre ainsi qu'une salle de cinéma peut être aussi lieu d'une multitude de rencontres, d'une multitude de possibles.

Le film est remarquable aussi parce qu'il nous touche physiquement. En le regardant on a peu à peu le sentiment d'habiter, avec les différents protagonistes, ce cinéma. Nous sommes dans la salle en train de regarder Goodbye dragon inn et peu à peu dans la salle projeté sur l'écran. Drôle de sensation qui peut troubler tant, par exemple, le temps nécessaire à l'ouvreuse pour rejoindre la cabine du projectionniste est aussi long pour nous que pour elle. Si l'on accepte de participer jusqu'au bout (ce qui ne va pas de soi), cette une expérience inédite de cinéma que nous offre le réalisateur. Dire pour finir que tous les plans du film sont remarquables et que Tsaï Ming-liang continue d'être un des réalisateurs les plus singuliers du moment.

Willy Durand
Taïwan, 2003
1h25

Réalisation et scénario : Tsaï Ming-liang
Photographie : Liao Pen-jung
Interprètes : Lee Kang-Sheng, Chen Shiang-Chyi, Kiyonobu Mitamura, Miao Tien, Shih Chun, Yang Kuei-Mei
Distribution : Diaphana

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques