La Niña santa




C'est l'hiver dans la ville de La Ciénaga (titre du premier film de Lucrecia Martel). Après les répétitions de la chorale, les filles se réunissent à l'église pour discuter de la vocation. Qu'attend Dieu de moi ? Comment distinguer la tentation du Diable de l'appel de Dieu ? Les adolescentes Amalia et Josefina, quand elles ne participent pas passionnément à la discussion, parlent en secret des baisers avec la langue. Amalia vit à l'Hôtel des Thermes, qui appartient à sa famille, avec sa mère Helena et son oncle Freddy, et où se tient un congrès de médecins. Dans la rue, à l'occasion d'un attroupement, un homme, le docteur Jano, se colle contre elle. Amalia annonce alors à son amie Josefina qu'elle a dorénavant une mission : sauver l'âme du docteur Jano...

La Niña santa est un conte sur la difficulté à distinguer le bien du mal. Il ne s'agit pour autant pas d'un film catholique puisqu'il y est plutôt question de la confusion et du désarroi provoqués par l'absence possible d'un Dieu...

Lucrecia Martel nous avait vraiment enthousiasmés par la qualité de son premier film et ce second film confirme son talent tout en ne reproduisant pas ce qu'elle avait réalisé dans La Ciénaga. La Niña santa propose une esthétique bien différente, plus froide, mais qui sert parfaitement son sujet. Ce film est cinématographiquement parfait. Tous les plans sont admirables et la photographie somptueuse.

__________


Lucrecia Martel



Née à Salta au nord de l'Argentine en 1966, Lucrecia Martel a commencé par étudier l'animation puis, quelques années plus tard, elle part pour Buenos Aires et s'inscrit dans un cursus de science de l'information et de la communication. Entre 1988 et 1994, elle réalise quelques courts métrages dont Rey Muerto (1995) qui est récompensé dans les festivals internationaux. En 2001, elle réalise son premier long métrage, La Ciénaga, qui reçoit aussi de nombreux prix, en 2004, La Niña Santa, et en 2007, La Femme sans tête.

Willy Durand
Argentine, 2004
1h45

Réalisation et scénario : Lucrecia Martel
Photographie : Felix Monti
Musique : Andres Gerszenzon
Interprètes : Mercedes Moran, Carlos Belloso, Alejandro Urdapilleta, Maria Alché, Julieta Zylberberg, Mia Maestro, Monica Villa
Distribution : Pyramide
Dossier - commeaucinema.com
Lucrecia Martel - cineclubdecaen.com
Site du film (Esp. / Engl.)

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques