The mother




May est une grand-mère anglaise ordinaire. Lors d’une visite chez ses enfants à Londres, son mari est victime d’une attaque cardiaque. Ne voulant pas se laisser aller et s’apitoyer sur son sort, May décide de rester dans la capitale anglaise et de s’installer, un peu contre son gré, chez son fils . Propulsée dans une métropole inconnue et bouillonnante loin de chez elle, May a peur de devenir l’une de ces vieilles femmes dont la vie touche à son terme. C’est alors qu’elle tombe amoureuse de Darren, un homme de 30 ans son cadet qui rénove la maison de son fils mais qui est aussi l’amant de sa fille...

Roger Michell, le réalisateur de Coup de foudre à Notting hill, réalise cette fois un film intimiste. Il traite l’amertume de la vieillesse de manière bien plus dense et moins optimiste que la plupart des productions sur le sujet. Lent, sans complaisance à l’image de la relation crue entre l’héroïne May et son jeune amant, le film développe les angoisses liées à la vieillesse : la solitude, les difficultés physiques d'un corps qui ne suit plus. Des craintes matérialisées par de longs et beaux moments contemplatifs avec l’héroïne May, songeuse et solitaire, loin de la vie citadine bouillonnante de ses enfants qui la dépasse. Les interprètes sont remarquables et servent parfaitement le film.
Royaume-Uni, 2003
1h50

Réalisation : Roger Michell
Scénario : Hanif Krureishi
Photographie : Alwin Kuchler
Musique : Jeremy Sams
Interprètes : Anne Reid, Peter Vaughan, Anna Wilson-Jones, Daniel Craig, Harry Michell, Rosie Michell, Steven Mackintosh
Distribution : UFD

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques