Lost in translation




Tokyo. Deux américains en exil vont s'y rencontrer : elle, Charlotte, la jeune épouse d'un photographe en vogue accaparé par son travail; Lui, Bob, un acteur d'âge mur en perte de vitesse venu vendre son image aux japonais. D'une simple amitié construite à partir du sentiment commun d'isolement, ils vont progressivement passer l'un à l'égard de l'autre à un sentiment nettement plus profond, dans un Japon qu'ils vont finalement parvenir à apprécier ensemble. Mais leur regard sur ce pays aurait-il été le même si chacun d'eux s'était lié à une autre personne ?

En une succession d'images tantôt humoristiques tantôt sentimentales du Japon, Sofia Coppola nous livre une oeuvre sublime et envoûtante, à l'instar de son premier film Virgin Suicides. L'infinie douceur de ce second long-métrage tient aussi à la fantastique prestation de Bill Murray : un acteur trop souvent sous-exploité trouvant ici un rôle à sa mesure. Face à lui, une Scarlett Johansson terriblement charmante, pour une relation ambiguë mêlant amitié et amour platonique. Au-delà de son interprétation et de sa beauté visuelle, Lost in translation repose sur un scénario habile, incluant des implants à la fois si subtils, si bien présentés et si bien exploités que l'on ne peut qu'admettre l'immense talent de Sofia Coppola.

Stéphane Bajic
USA, 2003
1h40

Réalisation et scénario : Sofia Coppola
Photographie : Lance Acord
Musique : Kevin Shields, Brian Reitzell, Air
Interprètes : Bill Murray, Scarlett Johansson, Giovanni Ribisi, Anna Faris, Akiko Takeshita, Kazuyoshi Minamimagoe, Ryuichiro Baba, Catherine Lambert
Distribution : Pathé Distribution

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques