Père, fils
(Otets i syn)




Depuis des années, un père et un fils vivent ensemble dans un monde à part, exclusivement le leur. Ils sont plus que des parents, parfois des amis (au sens fort du terme), parfois même presque des amants (sans qu'il soit pour autant question de sexualité). Cependant, la séparation est, à plus ou moins long terme, inéluctable. Alexeï, le fils, s'est en effet inscrit à l'école militaire. Il est tiraillé car son amie est jalouse de sa relation avec son père...

Le nouveau film d'Alexandre Sokourov (réalisateur de Mère et fils, dont Père, fils est peut-être la suite, Pages cachées, Moloch, L'Arche russe, etc) est très très fort du point de vue de la sensibilité et magnifiquement réalisé. L'image est tout au long du film légèrement orangée, couleur brique pâle, ce qui donne au film une tonalité particulière et permet au réalisateur de rendre compte de la tendresse et de la douceur des relations entre ce père et son fils. Il y a toujours une atmosphère particulière dans les films de Sokourov mais à chaque fois cela fonctionne merveilleusement.

Alexandre Sokourov, sans aucun doute le plus grand réalisateur russe contemporain, réalise à nouveau un très grand film qu'il ne faut vraiment pas manquer.

Willy Durand
Russie, 2003
1h25

Réalisation : Alexandre Sokourov
Scénario : Sergey Potepalov
Photographie : Alexander Burov
Musique : Andrej Shetinin, Alexei Nejmyshev, Alexander Rasbash, Fedor Lavrov, Marina Zasukhina
Distribution : Films sans frontières

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques