Ordet




En danois, "Ordet" signifie "la parole". En 1930, dans le Jutland, le vieux luthérien Morten Borgen exploite sa ferme cossue. Il est secondé par ses fils Mikkel et Anders, ainsi que par Inger, l'épouse enceinte de Mikkel. Le troisième fils, Johannes, mystique au cerveau dérangé - "il a trop lu Kierkegaard" - incarne le malheur de la famille. Peter, modeste tailleur du village voisin, refuse la main de sa fille Anne à Anders et son père, en raison de divergences religieuses. Une nuit, Johannes - après avoir prédit un drame - disparaît dans la montagne.

A propos d'Ordet

Dès 1932, lorsque Dreyer vit au théâtre la pièce écrite en 1925 par Kaj Munk, pasteur et poète dramatique, il envisagea de la porter à l'écran. Il ne le fit donc que 23 ans plus tard, malgré une première adaptation suédoise de Gustav Molander en 1943. A l'opposé de Molander qui donne une version réaliste, voire "positiviste" du drame mystique de Munk, il réalise une oeuvre profondément stylisée. Son ambition, tout en adoptant pour les acteurs un jeu posé et un rythme mesuré, n'est pas de marquer la présence de la spiritualité, mais au contraire de faire sentir son absence dans un univers profondément marqué par le religieux. Si l'intolérance constitue bien un des thèmes du film, il n'en est le majeur. Voici ce qu'en dit Eric Rohmer en 1955 : "Le débat qui s'y livre n'a pas pour thème quelque question de théologie abstraite, mais bien les rapports concrets, physiques, de Dieu et de la créature : la parole parvient-elle à Dieu et Celui-ci lui répond-il ?"

Ces mots de Rohmer évoquent involontairement la filiation directe qui va d'Ordet à Breaking the waves, le film de Lars Von Trier sorti en France en 1996. Ce dernier, également danois, rappelle à l'occasion de chaque entretien publié ses dettes et sa reconnaissance à l'égard de Dreyer et de son oeuvre.
Danemark, 1955
2h05

Réalisation et scénario : Carl Theodor Dreyer d'après la pièce de Kaj Munk
Photographie : Henning Bendtsen
Musique : Poul Schierbeck
Interprètes : Henrik Malberg, Emil Hass Christensen, Prehen Lerdoff Rye, Cay Kristiansen, Brigitte Federspiel, Ejnar Fiderspiel, Gerda Nialsen, Ove Rud
Critique - cineclubdecaen.com
Dreyer - cineclubdecaen.com
La pièce de Kaj Munk et le film de Dreyer - espritouvert.fr

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques