Dis, papa
(Du pappa)




Pour fuir un père tyrannique, Peter, un garçon de 16 ans, prend le large en empruntant un petit voilier. Une jeune nymphette réussit à monter à bord. Timide, un peu apeuré, l'adolescent tombe sous le charme de la jeune fille. Mais le duo ne va pas tarder à se faire trio car le père, parti à la recherche de son fils, réussit à rejoindre le bateau lors d'une escale.

Affrontement intérieur


Unité de temps, unité de lieu. Les cadrages sont soignés et la mise en scène exemplaire et sobre. René Bjerke s'affirme comme un cinéaste exigeant, capable de créer une tension constante sans avoir recours aux effets faciles. En scrutant obstinément les visages des trois personnages qui s'observent longuement, il atteint à la vérité humaine. Le temps semble ralenti et l'affrontement est tout intérieur. Avec son visage grave et son autorité inquiète, le père va découvrir en son rejeton un rival inattendu.

Ce film, qui a reçu le Grand Prix du film nordique en 1994, aborde des thèmes fondamentaux : l'entrée des adolescents dans le monde des adultes, les rapports et les passions entre les êtres.

Cinéaste norvégien, René Bjerke a réalisé des courts métrages et des documentaires. Il est connu pour ses adaptations à l'écran de plusieurs nouvelles de Tarjei Vesaas. Il est également critique de cinéma et fondateur de la cinémathèque d'Oslo. Dis, papa est son premier long métrage.
Norvège, 1993
1h30

Réalisation et scénario : René Bjerke
Interprètes : Hakon Bolstad, Benedikte Lindbeck, Nils Ole Oftebro

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques