Dolls




Trois histoires d'amour immortel sont racontées en parallèle. Celle de Matsumoto et Sawako, les Amants éternels, condamnée par les convenances sociales et les obligations familiales. Celle d'Hiro qui, pour devenir yakusa, délaissa la jeune femme qui l'attendait pour déjeuner tous les samedis midis dans un jardin public. Enfin, celle d'Haruna, ex-star de la chanson brisée par un accident, et de Nukui, qui fut son fan le plus fervent.

Après une brève incursion aux Etats-Unis (Aniki, mon frère), Takeshi Kitano revient au Japon, et délaissant les histoires de yakusas dépressifs qui ont fait sa renommée internationale (Hana-Bi, Sonatine), décide de creuser la veine sentimentale esquissée dans L'été de Kikujiro. Dans une construction narrative très audacieuse et sur fond de traditions nippones ancestrales (notamment le théâtre bunraku), il entrelace ces trois histoires d'amour fou et éternel avec un art du récit qui fait merveille et un extrême raffinement esthétique. Le trait n'est jamais appuyé, l'émotion affleure mais ne dégouline pas, des subtilités de montage laissent au spectateur un espace de méditation et de réflexion, et si Kitano a substitué aux éclats de violence brusque et stylisée de ses précédents films une palette de sentiments plus délicate et épurée, il n'oublie pas d'y joindre en filigrane un constat assez noir et cruel sur l'intolérance et l'incompréhension dans le Japon d'aujourd'hui. Peut-être le film le plus risqué de Kitano et néanmoins l'un de ses plus réussis.

Yoan Le Blevec
Japon, 2002
1h50

Réalisation et scénario : Takeshi Kitano
Photographie : Katsumi Yanagijima
Musique : Joe Hisaishi
Interprètes : Miho Kanno, Hidetoshi Nishijima, Tatsuya Mihashi, Chieko Matsubara, Kyoko Fukada, Tsutomu Takeshige
Distribution : Ad Vitam

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques