Crin blanc




Il était une fois, en Camargue, un jeune pêcheur prénommé Folco et un cheval sauvage qu'on appelait Crin Blanc. Folco vivait avec son grand-père et son frère cadet dans une pauvre cabane au bord de la mer. Crin Blanc était le chef d'un des troupeaux de chevaux indomptés qui parcourent ce vaste pays d'herbe et d'eau. Un jour des gardians réussirent à le capturer et à l'enfermer dans un enclos, mais il brisa la barrière et s'enfuit. " Celui qui attrape cette sale bête, je la lui donne ! ", s'écria le chef des gardians. Folco n'eut plus dès lors qu'une idée : s'emparer du fringant coursier. Au terme d'une longue poursuite, il parvint à le capturer au lasso et à le maîtriser. Désormais, entre le cheval et l'enfant va s'instaurer une franche amitié. Quand les gardians tenteront d'emprisonner l'animal dans un mur de flammes, c'est Folco qui par sa présence d'esprit le sauvera. Mais la rage des hommes ne connaît plus de bornes: ils traquent le jeune cavalier et sa monture dans les marais. Sans hésiter, Folco engage Crin Blanc dans le grand fleuve; et, l'un portant l'autre, ils arrivèrent bientôt dans un pays où hommes et bêtes sont toujours amis.
France, 1953
50 mn

Réalisation : Albert Lamorisse
Scénario : Albert Lamorisse, Denys Colomb Daunant
Photographie : Edmond Séchan
Musique : Maurice Leroux
Interprètes : Pascal Lamorisse, Alain Emery
Distribution : Gebeka Films
Dossier - commeaucinema.com
Présentation - telerama.fr

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques