Yom Yom




Yom Yom est la deuxième partie d'une trilogie conçue par A. gitaï autour de trois grandes villes : Tel-Aviv, Haïfa et Jérusalem.

Cette seconde partie s'intéresse donc à Haïfa qui, située au nord d'Israël, est la principale ville industrielle et "une ville unique en Israël, explique le réalisateur, où les juifs et les arabes cohabitent depuis des lustres, avec quand même moins de difficultés qu'à Jérusalem". Pour autant et comme le montre le film, les enjeux semblent être les mêmes et plus particulièrement celui concernant l'utilisation de la terre. Ainsi le père de Moshé, personnage principal du film, refuse obstinément de vendre une maison, qui lui appartient et qui est symbolique de l'histoire passée, à des promoteurs qui veulent construire à sa place un gigantesque centre commercial. Il y a donc, à Haïfa aussi, cette peur de voir disparaître des pans entiers de la mémoire palestinienne.

Le fait qu'à Haïfa, les tensions soient moins fortes qu'ailleurs explique sans aucun doute que Yom Yom soit plutôt une comédie, dont le héros, Moshé, la quarantaine, est irrésistible. En effet, ce dernier ne sait plus trop où il en est. Il est hypocondriaque et a une peur panique de la mort, son mariage est un désastre et les relations avec son ami d'enfance sont des plus ambigües puisqu'il partage avec lui, sans le savoir, sa maîtresse d'abord puis sa femme.
Israël, 1998
1h35

Réalisation : Amos Gitaï
Scénario : Amos Gitaï, Jacky Cukier
Photographie : Renato Berta
Musique : Philippe Eidel, Josef Barbanshvilly
Interprètes : Moshé Ivgi, Hanna Maron, Yussuf Abouwarda, Dalit Kahan, Juliano Merr, Anne Petit-Lagrange, Nathalie Atia
Critique - telerama.fr
Site amosgitai.com

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques