Open hearts




Cecilie et Joachim sont jeunes et s’aiment passionnément. Alors qu’ils venaient de décider de se marier, Joachim est renversé par une voiture qui le laisse paralysé. Marie, la conductrice du véhicule, rongée par la culpabilité, demande à son mari, Niels, médecin à l’hôpital où Joachim se trouve, de réconforter Cecilie. Niels tombe amoureux de Cecilie mais ne se déclare pas. Cecilie, rejetée par Joachim qui ne veut ni de son aide ni de son amour, ne peut résister au réconfort que lui apporte Niels.

A partir d’un sujet grave, Susanne Bier (dont le premier film, Freud quitte la maison, était programmé lors de l’édition des Reflets consacrée à la Scandinavie) réalise un film d’une justesse impressionnante et extrêmement vivant. Les sentiments des personnages sont justes, le rythme du film est parfait et il nous permet de penser la paralysie, le désarroi, la compassion, notre besoin de consolation sans que la morale n’ait son mot à dire. C’est la vie qui l’emporte dans ce film. Le cinéma permet parfois de la reproduire au-delà de l’imaginable. C’est rare et fort et il s’agit de ne surtout pas passer à côté de ce film qui sans être comparable formellement à Festen de Thomas Vinterberg est tout aussi intense.

Willy Durand
Danemark, 2002
1h50

Réalisation : Susanne Bier
Scénario : Anders Thomas Jensen d’après une idée originale de Susanne Bier
Photographie : Morten Soborg, Michael Rosenlov Jensen
Musique : Jesper Winge Leisner
Interprètes : Sonja Richter, Nikolaj Lie Kaas, Mads Mikkelsen, Paprika Steen, Stine Bjerregaard, Birthe Neumann, Niels Olsen, Ulf Pilgaard
Distribution : Haut et Court


accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques