Les Fragments d'Antonin


A la fin de la 1ère guerre mondiale, Antonin revient des combats sans blessure apparente, mais c'est son esprit qui est meurtri. Il est l'un de ces soldats traumatisés par la guerre. Antonin ne communique plus avec personne et ne cesse de répéter les mêmes gestes et les mêmes prénoms inlassablement.

Nous sommes en 1919 et le professeur Labrousse, pionnier dans le traitement des chocs traumatiques de guerre se passionne pour son cas. Sa méthode, nouvelle et controversée, consiste à faire revivre au patient les moments les plus intenses de sa guerre afin de l'en libérer.

"Combien de temps faut-il pour construire un homme, combien de temps faut-il pour le détruire ?", question qui revient tel un leitmotiv obsédant et qui représente bien l'intention du film. Gabriel Le Bomin s'intéresse en effet pour son premier long métrage aux conséquences de la guerre, non pas à ses causes. On est plongé dans l'intime d'Antonin grâce à de multiples flashes-back imbriqués les uns dans les autres comme un puzzle, à l'image de sa mémoire fragmentée. La voix off du jeune soldat revient elle aussi, de façon récurrente, offrant au film une poésie douloureuse. La performance de Grégori Derangère est étonnante, ainsi que celle d'Anouk Grinberg qui joue avec sobriété une infirmière allemande, dont le destin a, lui aussi, été brisé par la guerre.

Pauline Le Péculier
France, 2006
1h30

Réalisation et scénario : Gabriel Le Bomin
Photographie : Pierre Cottereau
Musique : Fabian Roemer
Interprètes : Grégori Derangere, Anouk Grinberg, Aurélien Recoing, Niels Arestrup, Yann Collette, Laure Duthilleul
Distribution Rezo Films
Critique - telerama.fr
Dossier - abc-lefrance.com
Dossier - commeaucinema.com
Dossier - zerodeconduite.net
Site officiel

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques