Il ne faut jamais dire fontaine


Kolia est un berger. Il mâche des brins d’herbe toute la journée pour oublier la faim, boit dans des flaques d’eau avec ses moutons pour étancher sa soif. Un jour, après l’orage, il découvre un lac sur son chemin.

Il se penche pour y boire avec son troupeau, mais d’énormes vagues se forment à la surface. Le seigneur des sources apparaît au milieu des flots. Kolia est entraîné dans son royaume. Il y entretient les sources et les fontaines du monde entier, n’a plus à se soucier du lendemain, coule des jours heureux… Jusqu’à ce que le seigneur du désert s’en mêle. Kolia qui n’a jamais osé écraser un pauvre moustique de sa vie, doit maintenant affronter la créature sans cœur.


Le ciné-conte mêle grand écran et spectacle vivant. Il s’agit d’un jeu de ping-pong entre courts métrages et contes. A l’origine, plusieurs courts métrages ont été choisis. Leurs esthétiques se rejoignent, leurs thématiques aussi, mais chacun à sa propre histoire. Une histoire souvent ouverte, qui laisse place à toute sorte de suites possibles. La conteuse profite donc de cette brèche pour se faufiler dans le récit. Elle s’amuse à imaginer de nouveaux rebondissements à partir de structures de contes traditionnels. Petit à petit, comme un puzzle, contes et courts métrages ne font plus qu’une seule histoire, tantôt racontée en images, tantôt en paroles.
France, 2007
55 mn

Ciné-contes par Edwige Bage

Les courts :

- Il peut bergère de Jérémy Depuydt (Animation - 2005 - 8 mn)

- Le Jardin de Marie Paccou (Animation - 2002 - 6 mn 30)

- Sucré de Gaël Brisou (Animation - 2005 - 5 mn 40)

Pour les enfants de 7 à 10 ans.

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques