La Sueur des palmiers
(Arak el-balah)




Ahmed reste seul au village, tous les hommes étant partis vers des pays lointains en quête d'un Eldorado de richesses. Peu à peu il devient l'homme du village. Il résiste et est protégé par Salma, qui est amoureuse de lui, poursuivant son seul rêve : grimper au plus haut palmier afin de cueillir les dattes blanches qui donnent l'élixir de vie susceptible d'apporter à tous le bonheur. Humiliés, les hommes reviennent...

Ce film tourné dans le sud de l'Egypte à mille kilomètres du Caire, une région peu connue, pauvre et historiquement négligée, se présente comme un conte oriental, une fable initiatique. Cependant ce conte s'inscrit pleinement dans l'histoire contemporaine. Il y est, en effet, question d'émigration et du rêve illusoire de salut, du monde secret des femmes et de son influence sur les décisions des hommes, de la mémoire d'une culture (le réalisateur a utilisé pour les dialogues le dialecte des gens du sud). Enfin, l'image de ce film est magnifique et très dépaysante.

Willy Durand
Egypte, 1998
1h50

Réalisation et scénario : Radwan El-Kashef
Photographie : tarek El-Telmessani
Musique : Yasser Abdel-Salam
Interprètes : Sherihane, Mohamed Nagati, Fayza Amasaib, Abla Kamel, Hamdy Ahmed, Manal Afifi, Gamal Ismaïl
Distribution : Avanti Films
Critique - africultures.com
Critique - chronicart.com
Dossier cinéma égyptien - dilap.com
Fiche - cinemed.tm.fr

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques