Aller vers le soleil
(Journey to the sun)




L'histoire commence à Istanbul. Mehmet, un homme candide venu de la côte ouest, vivote dans un petit boulot (il repère les fuites dans les canalisations d'eaux), en attendant de se marier avec Azru, une jeune teinturière de la capitale. Il se lie d'amitié avec un vendeur ambulant de cassettes, Berzan (c'est un Kurde, mais on ne l'apprend qu'indirectement). A cause de ses cheveux noirs et de son teint très mat, Mehmet est lui-même pris pour un Kurde et raflé par la police ; sa vie bascule, avec celle de ses deux compagnons. La deuxième partie du film l'entraîne dans une longue errance vers les villages du Kurdistan à l'extrême est du pays : un voyage vers le soleil qui se révèle être une descente aux enfers, une découverte de la "sale guerre" qui gangrène toute la société turque.

Yesim Ustaoglu, un architecte de formation qui a réalisé auparavant plusieurs courts métrages et un long métrage (La Trace, 1994), signe là un film émouvant et courageux qui n'est pas sans évoquer les grandes oeuvres "politiques" d'Okten et Guney dans les années 70 (un film comme Le Troupeau montrait le voyage en sens inverse de paysans kurdes des montagnes de l'Anatolie vers Istanbul).

"J'avais envie de raconter l'histoire de trois jeunes venus de différentes régions de la Turquie qui deviennent amis. L'histoire est racontée du point de vue de Mehmet, qui est le plus proche du mien. Il reflète la prise de conscience des réalités sociales de la Turquie en la traversant d'ouest en est" (Y. Ustaoglu).

Antoine Glémain
Turquie, 1998
1h54

Réalisation et scénario : Yesim Ustaoglu
Photographie : Jacek Petrycki
Musique : Vlatko Stefanovski
Interprètes : Newroz Baz, Nazmi Qirix, Mizgin Kapazan
Distribution : MK2 Diffusion
Critique - chronicart.com
Critique - sohrawardi.blogspot.com
Dossier - abc-lefrance.com
Kurdistan - kurdistanname.com

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques