Beyrouth Fantôme




La guerre au Liban semble terminée lorsque Khalil, que tous ses proches croyaient mort, réapparaît. Il revient d'abord sous la forme d'un fantôme (on croit l'avoir vu, reconnu) jusqu'au moment où il décide de se montrer pour de bon, semant l'émoi, le doute et la colère. En effet, Khalil n'avait pas disparu dans n'importe quelle condition...

Beyrouth fantôme est un film sur la guerre, mais surtout sur les questions et les sentiments qu'elle génère chez l'individu. Ainsi le film est-il parcouru par les témoignages de ceux qui étaient les proches de Khalil. Ces derniers racontent leur guerre mais aussi ce qu'est devenue leur vie maintenant que la guerre n'est plus (ou du moins n'est plus que sporadique). Et ces témoignages nous désorientent car pour tous ces jeunes gens une nouvelle guerre commence : une guerre "contre" eux-mêmes. certains regrettent alors ce temps de la guerre : "J'aimais ma vie, davantage pendant la guerre. Peut-être parce que je ne tenais compte de rien. Maintenant je pense à tout, à la fin du mois, au lendemain... si je trouverais du travail plus tard... si jexisterais plus atrd tel que je le désire. On ne cesse de cogiter tout le temps. Pendant la guerre, tout était plus simple. Les choses avaient un goût différent. On se souciait les uns des autres. Maintenant c'est chacun pour soi".

Willy Durand
Liban, 1998
1h56

Réalisation et scénario : Ghassan Salhab
Photographie : Jérôme peyrebrune
Musique : Asmahan, Gavin Bryars, Monteverdi, John Cale, Joy Division, Brian Eno, David Byrne, Oum Kalsoum
Interprètes : Aouni Kawas, Darina Al Joundi, Rabih Mroueh, Carol Aboud, Hassan Farhat, Younes Aoude, Ahmed Ali Zein
Distribution : Epicentre Films
Beyrouth dans le cinéma libanais - roberteid .com
Entretien (2003) - babelmed.net
Fiche de soutien de l'ACID
Les cinéastes arabes et leurs villes - imarabe.org
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques