La Pianiste


Erika Kohut, la quarantaine, est un honorable professeur de piano au Conservatoire de Vienne. Menant une vie de célibataire endurcie chez sa vieille mère possessive, cette musicienne laisse libre cours à sa sexualité débridée en épiant les autres.

Ce nouveau film de Michael Haneke est d’abord l’adaptation d'un roman de l’écrivaine autrichienne Elfriede Jelinek. Il s’agit d’un excellent film justement récompensé à Cannes par trois prix, mais dont la violence (principalement générée par la tension de la mise en scène et les relations entre les personnages) peut bouleverser voire choquer.
Erika (interprétée admirablement par Isabelle Huppert) est une femme d'une quarantaine d'années, célibataire, vivant avec sa mère (Annie Girardot, excellente elle aussi) une relation étouffante (le mot est faible). La mère, la ville, la société viennoise, sa culture forment ainsi une sorte de camisole de force. Erika ne semble respirer qu’en se rendant dans les sex-shops pour regarder des films pornographiques ou respirer les traces laissés par les hommes dans les cabines. Ainsi, elle est froide, sèche et incapable d’affection (comme Vienne ?) jusqu'au jour où un jeune homme, Walter Klemmer (Benoît Magimel, tout aussi excellent), décide de la séduire parce qu'il en est amoureux…

Willy Durand
France, 2001
2h10

Réalisation et scénario : Michael Haneke d’après le roman d’Elfriede Jelinek
Image : Christian Berger
Son : Guillaume Sciama
Interprétation : Isabelle Huppert, Benoît Magimel, Annie Girardot, Anna Sigalevitch, Susanne Lothar, Udo Samel
Distribution : MK2 Diffusion


accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques