Liberté, Oléron


La famille Monot passe ses vacances à Oléron, comme d'habitude. Gonflage des bouées, baignade, gonflage du bateau pneumatique, pêche... Tout est pour le mieux sur la meilleure des îles possibles...

Les tribulations de la famille sont drôlatiques et font références à l'univers de la bande dessinée ou à Tati mais les frères Podalydès tirent la comédie de moeurs vers le grinçant en mettant à jour les fantasmes refoulés de leurs personnages : Jacques, le "papa-gonfleur" aspire à traverser le bras de mer qui les sépare de l'île d'Aix à bord d'un magnifique voilier, la mère nourrit de grands projets horticoles pour occuper le patio de la maison familiale, les ados reluquent la fille des voisins ou s'imaginent en personnages de roman.
Ce sont ces frustrations, surtout celle du père, qui vont faire basculer le film du burlesque au cauchemardesque. Même dans les plus purs moments de comédie (l'achat du bateau, les images des rêves de chacun), on ressent un petit malaise qui pointe ; On se dit que "ça va pas le faire" tellement le décalage avec la réalité est important.
En effet, rien ne va plus quand le gentil papa convainc la famille d'acheter SA chose : le fameux bateau.
Pompeusement baptisé "Liberté - Oléron", il s'avère être un rafiot que l'incompétence en matière de navigation du père mène à la dérive. Il est également le révélateur du tyran domestique qui sommeillait (à peine) chez le "papa-rêveur".

Alain Huard
France, 2001
1h47

Réalisation : Bruno Podalydès
Scénario : Denis et Bruno Podalydès
Photographie : Yorgos Arvanitis
Musique : René-Marc Bini
Interprètes : Denis Podalydès, Guilaine Londez, Arnaud Jalbert, Ange Ruzé, Lou-Nil Font, Jean podalydès, Patrick Pineau
Distribution : UGC

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques