Le Village de Kilsottum
(Gilsodum)


Les enfants de Hwayong se passionnent pour une émission de télé visant à réunir familles et proches séparés pendant la Guerre de Corée... La mère et épouse, intriguée, est invitée à s’asseoir avec eux.

Son mari détecte que les quelques minutes passées devant ce reality show avant l’heure ont perturbé sa femme au plus au point : aurait-elle vu à la télé, cette personne qu’elle recherche depuis si longtemps ? Hwayong se rend à Séoul pour en avoir le cœur net. Devant les studios de télévision où se massent des milliers de personnes, elle rencontre Tongjin.

Lorsqu’elle était petite, Hwayong a perdu ses parents et a été recueillie par la famille de Tongjin, dont elle est tombée amoureuse. Les adolescents ont été jusqu’à consommer leur amour, mais le père du garçon a violemment refusé leur union, qu’il percevait comme contre-nature. La guerre les a séparés alors que Hwayong était enceinte. L’objet de ses recherches aujourd’hui, c’est cet enfant que l’Histoire lui a dérobé.

Le Village de Kilsottum est une analyse troublante de la séparation coréenne. A la fois politique, physique et émotionnelle, la Guerre de Corée a laissé le pays séparé en deux, bon nombre de familles écartelées, et une nation pourtant homogène, artificiellement divisée. Cette division toutefois, se prolonge encore aujourd’hui, et elle est désormais le fait de coréens et non plus d’étrangers. C’est cette approche que développe avec pessimisme et humanité, le film d’Im Kwon-taek.
Corée du Sud, 1985
1h45

Réalisation : Im Kwon-taek
Scénario : Song Kil-han
Photographie : Chung Il-sung
Musique : Kim Jong-kil
Interprètes : Kim Ji-mi, Sin Song-il, Han Ji-il, Kim Ji-yong, Lee Sang-A, Kim Jong-sok
Source : Centre Culturel Coréen
Critique - sancho-asia.com

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques