Bled Number One


Expulsé de France à sa sortie de prison, Kamel arrive en Kabylie, région d’origine de sa famille.

Il retrouve des parents, participe à des moments forts de la vie villageoise, et est amené à prendre part à des conflits qui divisent les habitants. Il étouffe très vite dans ce pays déchiré que la justice française lui a désigné comme sien, mais dont la culture et les mentalités lui sont en partie étrangères.

Partage traditionnel d’un taurillon… pratiques mêlant religion et magie… petits groupes de villageois « islamistes » (ne ressemblant guère, d’ailleurs, à l’image que l’on s’en fait ici)… citoyens « légalistes » jouant un jeu pas toujours très net… jeunes gens cherchant à s’affranchir du poids des interdits religieux mais restant prisonniers de préjugés machistes… autochtones pleins de méfiance vis à vis du « français » qu’est devenu Kamel… entre documentaire et fiction, loin de tout manichéisme, le film nous livre un regard passionnant sur la société algérienne d’aujourd’hui.

Au-delà du parcours de Kamel, c’est l’arrivée au village de Louisa, une cousine fuyant son mari violent et ne trouvant aucun soutien jusque dans sa propre famille - mais que Kamel décide courageusement d’aider -, qui fournit la principale trame fictionnelle du film, à l’origine de moments inoubliables, d’images d’une grande force et d’une grande beauté.

Tout cela est filmé avec beaucoup d’inventivité et de liberté, dans la mise en scène comme dans le propos. La photographie magnifie les femmes et les paysages - et une place importante et très originale est donnée à la musique.

Avec Wesh Wesh, qu’est-ce qui se passe ? dans lequel il interprétait le rôle d’un homme - le même Kamel - revenant clandestinement d’Algérie en France après une expulsion sous le coup de la « double peine », Rabah Ameur-Zaimeche avait réalisé un premier film très personnel, loin de tous les clichés du « film de banlieue ». Bled Number One confirme son originalité et son talent : on a affaire à un cinéma créatif, novateur, libre - exigeant et « politique », intelligent, et en même temps poétique et très émouvant.

Alain Le Foll
France / Algérie, 2006
1h42

Réalisation : Rabah Ameur-Zaïmeche
Scénario : Rabah Ameur-Zaïmeche, Louise Thermes
Photographie : Lionel Sautier, Hakim Si Ahmed, Olivier Smittarello
Musique : Rodolphe Burger
Interprètes : Rabah Ameur-Zaïmeche, Meriem Serbah, Abel Jafri, Ramzy Bedia, Farida Ouchani
Distribution : Les Films du Losange
Critique - africine.org
Critique - algeriades.com
Critique - benzinemag.net
Critique - cahiersducinema.com
Critique - cineclubdecaen.com
Critique - clapnoir.org
Critique - lemonde.fr
Critique et entretien - critikat.com
Dossier - cndp.fr
Dossier - Lycéens et apprentis au cinéma
Dossier pédagogique CNC - site-image.eu

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques