Kedma




Depuis 1948, un vieux cargo rouillé, le Kedma, fait route en pleine mer. Des centaines de survivants juifs de l’Holocauste, venus des quatre coins de l’Europe s’y entassent. Arrivant sur le sol de la « terre promise » - de l’Etat d’Israël en train de naître – ils se découvrent tout aussi indésirables, sinon comme chair à canon dans la chasse à l’occupant anglais et au résident arabe.

De film en film, avec les mêmes partis-pris moraux et esthétiques (sens de l’absurde, anti-héroïsme, Histoire filmée au ras des destinées individuelles, prédilection pour les long plans-séquences…). Amos Gitaï confronte la mémoire juive aux réalités de l’Etat d’Israël. Il ré-examine cette fois le mythe fondateur lui-même, la création de l’Etat hébreu – Kedma est une sorte d’amer « remake » d’Exodus – et le tableau qui en résulte est dérangeant, dévastateur et, il faut bien le dire, désespérant. « Tout est foutu en Palestine », fait dire Gitaï à son personnage principal.

Ce film prêtera, de tous points de vue, à de légitimes discussions, mais il apportera un éclairage utile à tous ceux qui s’intéressent – hors des simplifications des slogans de tous bords – au destin singulier du peuple juif.

Antoine Glémain
Israël / France / Italie, 2002
1h40

Réalisation : Amos Gitaï
Scénario : Amos Gitaï, Marie-José Sanselme
Photographie : Yorgos Arvanitis
Musique : David Darling, Manfred Eicher
Interprètes : Andrei Kashkar, Helena Yarolova, Yussuf Abu-Warda, Juliano Merr
Distribution : Mars films

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques