Le Stade de Wimbledon




Une jeune femme part à Trieste sur les traces d’un homme, mort il y a longtemps. Cet homme est un écrivain mais dont la singularité est de ne rien avoir écrit. Le but de cette recherche est donc d’essayer de comprendre pourquoi cet « écrivain » n’a rien écrit, rien laissé. La jeune femme cherche, dans ce but, à rencontrer tous ceux qui l’ont connu de son vivant. Au fil des voyages et des entretiens, la figure de l’«écrivain » se précise mais l’inquiétude grandit car la jeune femme ne cesse de se demander si elle écrira un livre qu’elle veut écrire sur cet homme…

Mathieu Amalric, dont le premier long-métrage, Mange ta soupe, fut salué par Jean Luc Godard, s’est non seulement inspiré du roman de Daniele del Giudice mais d’un « écrivain » ayant réellement existé : Roberto Bazlen. Ce dernier fut un mythe à Trieste, il fit traduire Musil, Kafka, fut l’ami de Svevo, Joyce, etc…

Au travers de cette réflexion sur l’inachevé, le temps qui passe et la recherche, Mathieu Amalric réalise un film touchant, étrange, aux cadres très précis et à la lumière très belle.

Willy Durand
France, 2001
1h12

Réalisation et scénario : Mathieu Amalric d’après le roman de Daniele del Guidice
Photographie : Christophe Beaucarne
Interprètes : Jeanne Balibar, Esther Gorintin, Anna Prucnal, Ariella Reggio, Paul-Jean Franceschini, Anton Petje, Peter Hudson
Distribution : Gémini films

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques