Pour une poignée de dollars
(Per un pugno di dollari)


1872, San Miguel, ville frontière entre le Texas et le Mexique, où s’affrontent deux familles de trafiquants, les Baxter, spécialisés dans les armes, et les Rojo, dans l’alcool.

Vêtu d’un poncho et à dos de mulet, un étranger (Clint Eastwood) arrive en ville. Tour à tour, il vend ses services de pistolero aux deux clans et sème le trouble... « Pour une poignée de dollars est une date dans l’histoire du cinéma car il invente un genre - le western spaghetti - et marque la véritable naissance au cinéma de trois légendes : Sergio Leone, Ennio Morricone et Clint Eastwood. Avec ses suites (...Et pour quelques dollars de plus, Le Bon la Brute et le Truand), il fait partie de ces films qui font changer le cinéma grand public de l’époque : si les nouvelles vagues, et particulièrement la française, ont opéré une révolution dans la manière de faire les films, il faudra attendre leur réappropriation par les cinéastes du Nouvel Hollywood dans les années 70 (Scorsese, De Palma, Spielberg,...) pour en observer les conséquences sur le cinéma américain ; c’est bien Sergio Leone dès le début des années 60 qui est l’un des premiers à faire bouger les signes d’un classicisme hollywoodien en perte de vitesse (le western particulièrement, est un genre alors à l’agonie) en étant peut être le premier cinéaste post moderne.»

Commentaire d’Emmanuel Gibouleau - Coordination Collège au cinéma en Loire Atlantique et représentant des partenaires de terrain dans l’Instance.
Italie, 1964
1h35

Réalisation : Sergio Leone
Scénario : Sergio Leone, Fulvio Morsella, Luciano Vincenzoni
Photographie : Massimo Dallamano
Montage : Roberto Cinquini, Alfonso Santacana
Musique : Ennio Morricone
Production : Arrigo Colombo, Giorgio Papi
Interprètes : Clint Eastwood, Gian Maria Volontè, Sieghardt Rupp, Wolfgang Lukschy, Marianne Koch...
Distribution : United Artists
Dossier pédagogique - CNC

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques