Les 400 coups
(Les Quatre cents coups)


Petit parisien de 13 ans entrant tout juste dans les affres de l’adolescence, mal-aimé de sa mère, Antoine Doinel rêve de voir la mer et préfère la liberté, le cinéma et Balzac aux bancs de l'école.


Un peu chapardeur, un peu menteur, il tente d’échapper à des parents absents. Avec son ami René, il fait alors l'école buissonnière, erre dans Paris et découvre la vie en faisant les 400 coups.

Ce qui frappe avant tout dans Les Quatre cents coups, c'est la justesse avec laquelle François Truffaut dépeint le passage si délicat de l'enfance à l'adolescence. Avec sa violence contenue, son indifférence désinvolte et sa soif de liberté, il incarne toute la marginalité et la vulnérabilité d'une enfance décrite non pas comme un paradis perdu mais plus comme un moment difficile à passer. Très largement autobiographique, ce film « quasi-documentaire », relève plus du cinéma vérité que de la pure fiction. A travers l'histoire du petit Antoine Doinel, Truffaut dresse le portrait de toute une génération avec une liberté de ton et une tendresse qui ne peut surgir que de l'émotion du souvenir. La qualité de la mise en scène, la sobriété du cadrage et de la lumière et l'absence d'artifice collent parfaitement au réalisme de son sujet et contribuent également à faire de ce film une évocation universelle de l'enfance. Jean-Pierre Léaud, dans lequel François Truffaut se reconnaissait, est lui aussi criant de vérité et de justesse. Épatant par son énergie, son aisance et son authenticité, il fait bien plus qu'incarner le personnage d'Antoine Doinel ; Jean-Pierre Léaud EST Antoine Doinel.
Seul Jean Vigo avant lui et son Zéro de conduite avait su parler de l'enfance avec autant de vérité et de talent. On y retrouve le même goût de liberté et de sincérité. Pas étonnant qu'il ait tant marqué et influencé François Truffaut, souvent considéré comme le « cinéaste de l'enfance ». Les Quatre cents coups est tout simplement un film incontournable, indémodable et fondateur, indispensable pour grandir...

Texte : Nadège Roulet de Benshi.fr
France, 1958
1h33

Réalisation : François Truffaut
Scénario et dialogues : Marcel Moussy, François Truffaut
Production : Les films du Carrosse, SEDIF.
Photographie : Henri Decae
Montage : Marie-Josèphe Yoyotte
Musique : Jean Constantin
Interprètes : Jean-Pierre Léaud, Claire Maurier, Albert Rémy, Guy Decomble, Georges Flamant, Yvonne Claudie, Patrick Auffray, Robert Beauvais...
Distribution : MK2
Critique - Télérama
Dossier pédagogique - CNC
Dossier sur le film - Cinéma Le France
Fiche élève - CNC
Fiche du film - Benshi
François Truffaut sur les "Quatre cents coups" et la Nouvelle Vague - INA
Jean-Pierre Léaud sur les "Quatre cents coups" - INA
Les 400 Coups - Fiche du Ciné-club de Caen avec analyse d'Anne Gillain

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques