La Ciénaga




Nous sommes en Argentine, assez loin de la capitale, au sein d'une famille complètement désoeuvrée, incapable d'agir et qui se laisse vivre au cours d'un été pluvieux. Le film commence par une séquence invraisemblable qui donne le ton : les personnages sont ivres, au bord d'une piscine dont l'eau n'a pas été renouvelée depuis des années, et changent de place en fonction du soleil ou de l'arrivée de la pluie. Ils semblent incapables de quoi que ce soit et s'agitent sur place, à l'image de la vache, que nous découvrons plus tard, qui s'enlise dans la boue.

Ce film, assez noir, est celui d'une réalisatrice qui cherche à retrouver son adolescence, sa manière de filmer lui permet d'en recréer les atmosphères.

Ce premier film, primé à Berlin et Sundance, est vraiment étonnant.

__________


Lucrecia Martel



Née à Salta au nord de l'Argentine en 1966, Lucrecia Martel a commencé par étudier l'animation puis, quelques années plus tard, elle part pour Buenos Aires et s'inscrit dans un cursus de science de l'information et de la communication. Entre 1988 et 1994, elle réalise quelques courts métrages dont Rey Muerto (1995) qui est récompensé dans les festivals internationaux. En 2001, elle réalise son premier long métrage, La Ciénaga, qui reçoit aussi de nombreux prix, en 2004, La Niña Santa, et en 2007, La Femme sans tête.

Willy Durand
Argentine, 2001
1h42

Réalisation & scénario : Lucrecia Martel
Photographie : Hugo Colace
Interprètes : Graciela Borges, Mercedes Moran, Juan Cruz Bordeu, Martin Adjemian, Diego Baenas, Leonora Balcare
Distribution : Ad Vitam
Dossier - abc-lefrance.com
Dossier - commeaucinema.com
Lucrecia Martel - cineclubdecaen.com

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques