Soleil de plomb


En Dalmatie, en 1991, au bord d’un lac paradisiaque, sous le soleil de l’été.

Les jeunes Jelena et Ivan s’aiment et veulent partir tenter leur chance à Zagreb. Mais des files de jeeps remplis d’hommes en uniforme envahissent la campagne. Habitant deux villages voisins, les deux tourtereaux étant respectivement serbe et croate, leur liaison est très mal vue par les deux communautés. La guerre est sur le point d’éclater et les deux jeunes gens vont avoir de très sérieux problèmes.

En 2001 et en 2011, au même endroit, deux autres histoires d’amour se nouent, également soumises au tourbillon de l’Histoire...

Trois étés, trois époques, trois histoires d’amour contrariées par la guerre et la haine interethnique. Dans chaque segment, elle est serbe, il est croate et leurs personnages sont interprétés par les mêmes jeunes acteurs, débutants et incandescents. Une belle idée, qui apporte unité et continuité à ces couples déchirés. Le procédé a, aussi, l’avantage de rendre homogène ce film à sketchs. Tous sont passionnants, même si l’on a une préférence pour la deuxième idylle, dont la moiteur et la tension sexuelle évoquent un Tennessee Williams des Balkans. (Jérémie Couston - Télérama)

Prix du Jury «Un certain regard» - Festival de Cannes 2015
CroatIe / SerbIe / SlovènIe,, 2016
2h03

Réalisation et scénario : Dalibor Matanic
Interprètes : Tihana Lazovic, Goran Markovic, Nives Ivankovic
Photographie : Marko Brdar
Musique : Alen et Nenad Sinkauz
Distributeur : Bac Films

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques