Les Deux amis


A peine rencontrée, Clément (Vincent Macaigne) tombe éperdument amoureux de Mona (Golshifteh Farahani). La jeune femme semble pourtant soucieuse de garder ses distances en disparaissant chaque soir.

Obsédé et tourmenté par cette histoire, il se confie comme à son habitude à Abel (Louis Garrel), son meilleur ami. Il accepte alors de la rencontrer, et ne tarde pas à être à son tour troublé par le charme mystérieux de Mona.

Pour son premier long métrage tourné en 35 mm – « Pas par fétichisme, mais parce que cela me permet de me concentrer davantage » – Louis Garrel s’est librement inspiré des Caprices de Marianne de Musset. On pense aussi inévitablement à Jules et Jim (François Truffaut) revisité dans une version contemporaine notamment à l’égard d'une réplique : « Abel pas celle-là hein, pas celle-là Abel », ou encore de ces courses-poursuites caméra au poing dans les rues de Paris. Le réalisateur explore ainsi de façon intimiste la manière dont sentiments amoureux et d’amitié se heurtent. C’est en choisissant d’aimer qui elle souhaite que Mona reprend goût à la liberté, tandis que la relation profonde d’Abel et Clément se voit bouleversée par la jalousie et le désir. L’un est rongé par la culpabilité, l’autre remet en cause leur amitié.

Malgré leurs défauts, la sensibilité des personnages et la mise en scène esthétisée rendent ce trio indéniablement touchant

Sabine Bézier
France, 2015
1h42

Réalisation : Louis Garrel
Scénario : Louis Garrel et Christophe Honoré
D'après l'oeuvre de : Alfred de Musset
Interprètes : Golshifteh Farahani, Vincent Macaigne, Louis Garrel, Mahaut Adam, Pierre Maillet...
Photographie : Claire Mathon
Musique : Philippe Sarde
Distributeur : Ad Vitam
Critique Les Inrocks
Critique site Critikat
Critique Télérama
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques