L'Homme qu'on aimait trop


En 1976, Agnès Le Roux, tout juste divorcée, revient à Nice après avoir vécu en Afrique. Sur place, elle tombe sous le charme de Maurice Agnelet, l’homme de confiance de sa mère Renée, propriétaire du casino Le Palais de la Méditerranée.

Alors qu’Agnès se consume d’amour, lui continue à avoir des aventures. Manipulée par Maurice, Agnès veut sa part de l’héritage et accepte la proposition de 3 millions de francs de Fratoni, un mafieux local. En échange, elle doit voter contre sa mère au prochain conseil d’administration. Une décision qu’Agnès va regretter. Maurice finit par la quitter. Elle tente de se suicider et disparaît à la Toussaint 1977. Un mystère jamais résolu, même encore maintenant, une histoire qui continue à flotter dans les airs, c’est ce qu’André Téchiné a choisi de traiter avec ce film, en y intégrant son goût pour les passions humaines. Il s’est penché plus particulièrement sur la personnalité d’Agnès Le Roux qui l’intrigue et s’amuse à souligner les non-dits et les faux semblants qui animent le trio.

Oriane Marie
France, 2014
1h56

Réalisation : André Téchiné
Interprètes : Guillaume Canet, Catherine Deneuve, Adèle Haenel
Distribution : Mars Distribution
Critique - leplus.nouvelobs.com
Critique - slate.fr
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques