Cemetery of splendour


«Cemetery of Splendour est une plongée, un film où l’on ne fait que tomber : tomber amoureux, tomber de sommeil, tomber en pleurs.

C’est également un film où, de ce premier geste contraint par la gravité, en naît un deuxième, celui de creuser : c’est le premier plan du film, des tractopelles y remuent la terre. On y creuse aussi la matière invisible dont sont formés les rêves, et pour cela, Apichatpong reste au sommet de ses aspirations à plonger le spectateur dans une forme d’hypnose à la fois électrique et d’une douce évidence. On pourrait d’ailleurs affirmer que Cemetery of Splendour ne raconte que cela : des soldats atteints d’une mystérieuse maladie du sommeil sont transférés dans un hôpital provisoire installé dans une école abandonnée. Jen (la fidèle Jenjira Pongpas) se porte volontaire pour s’occuper d’Itt, un jeune et beau soldat, et se lie également d’amitié avec Keng, une jeune médium qui utilise ses pouvoirs pour aider les proches à communiquer avec les hommes endormis. Révéler ce qu’on ne peut pas voir, voilà ce que fait Apichatpong en grand chaman du cinéma d’aujourd’hui.» Morgan Pokée - Critikat
Corée du Sud, 2015
2h05

Réalisation, scénario : Apichatpong Weerasethakul
Interprètes : Jenjira Pongpas, Banlop Lomnoi, Jarinpattra Rueangram
Photographie : Diego Garcia
Distributeur : Pyramide Distribution

Présenté jeudi 24/09
par Yannick Lemarié / ATM53
Critique - critikat.com
Critique - next.liberation.fr
Critique - telerama.fr
site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques