Sue perdue dans Manhattan
(Sue)




Amos Kollek signe ici un film qui hante longtemps la mémoire. Il fait le portrait d’une femme seule dans une ville démesurée, Sue, interprétée par Anna Thompson avec tant de force qu’elle semble incarner entièrement son personnage. On verra Sue glisser lentement dans une déchéance sociale, matérielle et affective mais elle s’acharnera à toujours sauver les apparences. Elle l’exprime extérieurement par l’élégance de ses vêtements et par le don d’attention et de bonté dont elle fait preuve en présence de n’importe quel inconnu, allant même jusqu’à montrer ses seins lorsqu’un vieil homme lui demande parce qu’elle s’est reconnue dans sa misère affective.

Le film nous malmène d’un bout à l’autre au travers des métamorphoses de Sue. Parfois cette femme si belle et si élégante est presque sereine, puis l’instant d’après, elle sombre dans une solitude extrême renforcée par l’anonymat de Manhattan. Sue n’est plus alors qu’un visage parmi d’autres et, du fond de son fauteuil de spectateur, on se sent proche d’elle et irrémédiablement seul.

Un texte supplémentaire concernant ce film ici.

Christel Maridet
USA, 1998
1h30

Réalisation et scénario : Amos Kollek
Photographie : Ed Talavera
Musique : Chico Freeman
Interprètes : Anna Thomson, Matthew Powers, Tahnee Welch, Tracee Ellis Ross, Robert Kya-Hill, Austin Pendleton, John Ventimiglia

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques