Titli, chronique indienne


Titli, le personnage principal du film (son prénom signifie « papillon ») n'a qu'une seule idée en tête : acheter un parking pour échapper à son carcan familial.

Il faut qu’il parte, qu’il se dessine un nouvel avenir loin de la misère et de la brutalité quotidienne de sa famille. Mais Titli va voir son rêve s’éloigner petit à petit par le vol de ses économies puis par son mariage forcé avec la jeune Neelu.

Malgré tout, les deux jeunes mariés vont ensemble tout essayer pour partir et fuir les contraintes familiales, prendre leur indépendance et leur liberté.

Titli vit dans un quartier pauvre de la banlieue de Delhi avec un père passif qui passe sa journée à regarder la télé et deux frères minables, violents et criminels. On est loin des films de romances, des rêves et des paillettes de Bollywood.

Ce premier film de Kanu Behl nous fait découvrir la sombre réalité d’une société indienne en pleine mutation, qui essaie de se moderniser mais qui peine à échapper aux poids d’une tradition machiste, brutale et violente : la corruption, les trahisons et les infidélités, mais il y a aussi le courage et le dévouement des femmes, c’est d’ailleurs elles qui incarnent l’espoir et le changement.

Imad Makhzoum
Inde, 2015
2h07

Réalisation : Kanu Behl
Scénario : Kanu Behl / Sharat Kataryi
Photographie : Siddharth Diwan
Musique : Karan Gour
Interprètes : Shashank Arora, Shivani Raghuvanshi, Ranvir Shorey, Amit Sial, Lalit Behl, Prashant Singh
Distribution : UFO Distribution
Critique - critikat.com
Critique - lemonde.fr
Critique - télérama
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques