Taxi Téhéran
(Taxi)


La condamnation et la pendaison de deux pickpockets ont récemment marqué les esprits de la société iranienne et préoccupent les deux premiers passagers du « faux » taxi conduit par le réalisateur Jafar Panahi.

En effet, ce dernier, pour réaliser ce film, a décidé de parcourir les rues de Téhéran au volant d’un taxi et de filmer les conversations de ces passagers, reprenant le dispositif mis en place par Abbas Kiarostami pour son film Ten. Le troisième passager, qui vend des DVD sous le manteau, le reconnaît et cette fois ce sont des questions de cinéma qui font irruption dans le taxi : l’homme justifie son activité illégale par l’absence des films sur les écrans des cinémas iraniens et interroge le dispositif mis en place par Jafar Panahi : est-il en train de filmer le réel ou tout cela relève-t-il d’une mise en scène ? Comment ne pas penser à un autre film de Kiarostami, Close-up ?

En mêlant ainsi des sujets de société, surtout pour dire les aspects les plus répressifs et inacceptables de la société iranienne, et des questions de cinéma, sans oublier d’évoquer sa propre situation de cinéaste interdit de tourner depuis de nombreuses années, Jafar Panahi, de manière assez facétieuse (une passagère, avocate, dira qu’en fin de compte le meilleur moyen de tenir le coup est de ne pas s’en faire), défie cette société en filmant tout ce qui fait qu’un film est indiffusable aujourd’hui en Iran, du point de vue des autorités...

Willy Durand
Iran, 2015
1h25

Réalisation, scénario et photographie : Jafar Panahi
Distribution : Memento Films Distribution

Ours d'or -Festival de Berlin 2015
Critique - critikat.com
Critique - next.libaration.fr
Critique - rue89lyon.fr
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques