Révolution Zendj


Ibn Battutâ, la trentaine, est journaliste dans un quotidien algérien.

Un banal reportage sur des affrontements communautaires dans le Sud algérien le conduit imperceptiblement sur les traces de révoltes oubliées du 8e au 9e siècle sous le Califat abbaside en Irak : celles des Zendjs, des esclaves noirs qui luttèrent pour faire advenir une cité libre. Le journaliste a l’intuition que ces révoltes pourraient encore signifier quelque chose aujourd’hui, bien au-delà de l’Irak, tant la situation est explosive dans l’ensemble du monde arabe. Cette enquête, cette intuition l’amène d’abord à Beyrouth où il rencontre Nahla, une jeune femme qui, comme lui, a décidé de partir à la recherche des fantômes du passé. Ses parents ont fui Beyrouth en 1982 pour s’installer en Grèce, et c’est aussi les révoltes des étudiants grecs qui la poussent à entreprendre ce voyage politique.

Le film de Tariq Teguia (Rome plutôt que vous, Inland) tente un territoire nouveau, une voie politique inédite pour un monde qui s’écroule et volontairement maintenu dans cet état pour que les puissants puissent continuer à faire des affaires.

« Révolution Zendj est le plus optimiste de tous les films de Teguia, en tout cas le plus féroce, le plus apprêté au combat. Il est aussi son plus abouti puisqu’il trouve dans cette éternelle transformation de la contestation l’espoir. » (Critikat.com)

Willy Durand
France / Algérie, 2013
2h15

Réalisation : Tariq Teguia
Scénario : Yacine et Tariq Teguia
Photographie : Nasser Medjkane, Hacène Aït-Kaci
Interprètes : Fethi Ghares, Diana Sabri, Ahmed Hafez, John Peake, Sean Gullette, Wassim Mohamed Ajawi
Distribution : Neffa Films

Critique (J.-M. Frodon) - slate.fr
Critique - critikat.com
Critique - lemonde.fr
Critique - liberation.fr
Dossier - commeaucinema.com
Dossier ACID - lacid.org
Dossier GNCR - gncr.fr
Site du distributeur
Site du film

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques