Les Chevaux de Feu
(Tini Zabutykh Predkiv)


En portant son déjeuner à son frère Olekso, Ivan est involontairement responsable de sa mort. En voulant le protéger d'un arbre qu'il abat, Olekso le reçoit sur le thorax.

Ivan s'enfuit dans la neige. Olekso est enterré... Un dimanche, Ivan et ses parents sont à l'église. Devant un tableau du diable devant Jésus, Ivan interroge son père. "Dans l'église, il n'y a ni diable ni Satan" lui répond celui-ci, puis désignant le riche Onoufri Goutenuk : "Satan vit parmi les hommes : il donne de l'argent à Dieu mais fait souffrir les pauvres"…

Ce film, adapté de la nouvelle Les Ombres des ancêtres oubliés et inspiré des légendes populaires des Carpates, est un drame poétique relatant l'histoire d'amour impossible d'Ivan et Marichka, dont les familles se détestent. Paradjanov décrit des rites, des couleurs, des traditions médiévales, la force brute des éléments. Pour répondre à son ambition, un film doit être comme un objet artisanal, aux facettes multiples, reflétant le folklore, les coutumes, les rites quotidiens, l'inconscient et le conscient d'un peuple : ici les Goutzouls des Carpates.

La fantasmagorie ciselée en esthète par Paradjanov est d'une beauté étrange et précieuse, due en partie à son authenticité plastique aussi bien que musicale.
URSS, 1965
1h30

Réalisation : Sergueï Paradjanov
Scénario : Ivan Chendej
Photographie : Victor Bestayev
Musique : Miroslav Skorik
Interprètes : Ivan Mikolaitchouck, Larissa Kadotchnikova, Tatiana Bestaeva, Nikolai Grinko, Spartak Bagachvili
Distribution : Baba Yaga Films
Critique - cineclubdecaen.com
Critique - critikat.com
Dossier - dvdclassik.com
Sergueï Paradjanov - cineclubdecaen.com

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques