Contes cruels de la jeunesse
(Seishun Zankoku Monogatari)




Makoto est une lycéenne un peu perdue, à la recherche d’expériences nouvelles, qui accepte parfois de monter dans les voitures d’hommes mûrs. Un soir, elle est sauvée par Kiyoshi, mi-étudiant, mi-délinquant, qui extorque de l’argent à l’homme qui allait abuser d’elle, en échange de son silence. Le lendemain, Makoto le revoit dans une manifestation et ils partent se promener sur la rivière Sumida, où flottent des troncs d’arbres : n’écoutant que son désir, Kiyoshi la viole. Pourtant, Makoto décide de quitter ses parents et d’aller vivre avec lui.

Avec ce deuxième film, Nagisa Oshima, alors âgé de 28 ans, est souvent qualifié de chef de file de la Nouvelle vague japonaise. Tourné en scope, Contes cruels de la jeunesse fait en effet preuve d’une grande fraîcheur formelle, avec ses couleurs saturées et ses (dé)cadrages inédits à l’époque. Il est également un geste de colère et le reflet inconfortable d’une époque et d’une société tourmentée par le traumatisme de la guerre et de l’occupation américaine, et de sa jeunesse amorale et désespérée.

__________


Nagisa Oshima



Né en 1932 à Kyoto. Après des études de droit, il se lance dans le cinéma et entre aux studios Shochiku où il devient assistant réalisateur. En 1959, il réalise son premier film, Une Ville d’amour et d’espoir, puis, l’année suivante, Contes cruels de la jeunesse, qui fait de lui l’un des chefs de file de la Nouvelle vague. Son film suivant, Nuit et brouillard du Japon, en hommage au film d’Alain Resnais, fait scandale. En 1965, il crée sa propre compagnie indépendante, la Sozo-Sha, et réalise, entre autres, Les Plaisirs de la chair (1965) et La Cérémonie (1971). En 1976, il réalise L’Empire des sens qui connaît un succès international. Viennent ensuite Furyo (1983) et Tabou (1999). Il est décédé en 2013.

Armelle Pain
Japon, 1960
1h40

Réalisation et scénario : Nagisa
Oshima
Photographie : Takashi Kawamata
Musique : Riichiro Manabe
Interprètes : Yusuke Kawazu, Miyuki Kuwano, Yoshiko Kuga, Agnes Mahr, Shinji Tanaka, Jun Hamamura
Distribution : Carlotta Films
Dossier - commeaucinema.com
La musique dans les films d'Oshima (T. Jousse - Blow Up / Arte) - vidéo, 8 min
Nagisa Oshima - cineclubdecaen.com
Nagisa Oshima - lemonde.fr
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques