Rashômon




Il y a trois jours, un chapeau de femme, un bonnet d'homme, un sac brodé et des cordes défaites ont été découverts près du cadavre d'un samouraï... Sous le portique en ruine de Rasho (Rashômon), deux hommes, un bûcheron et un bonze s'abritent de la pluie. Ils sont rapidement rejoint par un passant. Les deux premiers viennent de témoigner dans un procès dont ils aimeraient connaître l'issue. Le passant demande alors au bûcheron, qui dit avoir découvert le corps, de raconter l'histoire. Il propose alors une nouvelle version des faits car il n'a pas tout dit au procès pour ne pas avoir à avouer le vol d'un poignard de grande valeur.

Rashômon est le premier film japonais récompensé dans un festival international. Le récit est enraciné dans une période particulièrement trouble du Moyen Âge japonais, l'ère Heian. Construit de manière très savante de différents flashes-backs pour tenter, en faisant se confronter différentes versions (dont celle du mort via une chamane), de reconstituer la vérité des faits, ce film est d'une modernité stupéfiante.

___________


Akira Kurosawa



Né à Tokyo en 1910, Akira Kurosawa se destine d'abord à la peinture, puis, après un stage d'assistant-réalisateur, il commence à réaliser quelques séquences pour le film Uma de K. Yamamoto. Mais c'est en pleine guerre, en 1943, qu'il écrit et réalise son premier long métrage La légende du grand judo. En 1948, il réalise L'Ange ivre qui est aussi le début d'une longue collaboration avec l'acteur Toshiro Mifune. Viennent ensuite Rashômon (1951), Les Sept samouraïs (1954), Le Château de l'araignée (1957), Dersou Ouzala (1975), Kagemusha (1980). Celui qui est considéré comme le plus grand maître du cinéma japonais tourne son dernier film, Madadayo, en 1993, et est décédé en 1998.

Willy Durand
Japon, 1951
1h30

Réalisation : Akira Kurosawa
Scénario : Shinobu Hashimoto, Akira Kurosawa d'après deux nouvelles de Ryunosuké Akutagawa
Photographie : Kazuo Miyagawa
Musique : Fumio Hayazaka
Interprètes : Toshirô Mifune, Machiko Kyô, Masayuki Mori, Takashi Shimura, Minoru Chiaki, Kichijiro Ueda
Distribution : Films sans Frontières

Lion d'Or – Venise 1951
Akira Kurosawa - cineclubdecaen.com
Analyse - dvdclassik.com
Résumé et analyse - cineclubdecaen.com

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques