Shirley
(Un voyage dans la peinture d'Edward Hopper)


Treize tableaux du peintre Edward Hopper prennent vie pour mettre en scène la vie de Shirley, une actrice, des années 30 aux années 60 aux Etats Unis.

Chaque tableau est introduit par le contexte politique et culturel de l’époque via des informations radiophoniques. C’est une manière très singulière et significative de mettre des tableaux « en situation » pour dire l’époque qui a vu leur avènement et la vie simple, quotidienne, des personnages croisés sur la toile.

La précision (du cadre, de la composition, des couleurs, etc) du travail de Gustav Deutsch est assez stupéfiant car, d’une certaine manière, il amène le spectateur à disparaître dans le cadre de la toile, à s’y évanouir, à être quelque part, invisible, dans la pièce représentée par le tableau comme un témoin du cadre et de ce qui s’y joue intimement. Ainsi, le film ne propose pas seulement une « vision » sur le travail du peintre, mais un temps d’immersion dans le tableau unique en son genre. C’est aussi que les tableaux d’Edward Hopper dialoguent « naturellement » avec le cinéma. Chaque tableau fonctionne comme un plan de cinéma qui permet l’émergence, même imprécise, du cinéma américain des époques traversées par le film et les tableaux. Les tableaux, comme le film, réussissent ainsi à dire la manière dont cette œuvre agit sur nos représentations mentales de ces époques. Elles deviennent étonnamment familières...

Willy Durand
Autriche, 2013
1h35

Réalisation : Gustav Deutsch
Scénario : Thomas Schlesinger, Gustav Deutsch
Photographie : Jerzy Palacz
Musique : Christian Fennesz, David Sylvian
Interprètes : Stéphanie Cumming, Christoph Bach, Florentin Groll, Elfriede Irrall, Tom Hanslmaier, Yarina Gurtner Vargas
Distribution : KMBO

Dossier - commeaucinema.com
Dossier GNCR - gncr.fr
Dossier pédagogique - zerodeconduite.net
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques