Near Death Experience


Paul, un employé sur une plateforme téléphonique, est un quinquagénaire usé par la vie.

Un vendredi 13, la chronique du journal télévisé sur ce jour particulier lui apparaît comme un signal pour passer à l’acte. Il décide d’envoyer promener sa vie médiocre pour partir se suicider dans les montagnes…

Gustave Kervern et Benoît Delépine (Mammuth) excelle dans le genre burlesque et absurde. Dans ce contexte, choisir l’écrivain Michel Houellebecq pour incarner Paul relève d’un sacré pari. Même si, a priori, l’image médiatique de l’écrivain semble bien coller avec ce Paul, complètement déprimé et pitoyable.

Le film, quant à lui, met en scène pour l’essentiel un homme, un décor, filmé de manière naturaliste, et surtout la voix off (les pensées intérieures) de l’homme. Quelque chose donc d’assez minimaliste pour un film plus sombre et surtout moins burlesque que d’habitude. La voix off, dans ce dispositif, est essentielle car c’est par elle que l’homme peut réinventer le monde et peut-être l’amener à revenir sur sa résolution première...
France, 2014
1h30

Réalisation et scénario : Gustave Kervern, Benoît Delépine
Photographie : Hughes Poulain
Interprètes : Michel Houellebecq, Marius Bertram, Benoît Delépine, Gustave Kervern, Manon Chancé
Distribution : Ad Vitam
Dossier - commeaucinema.com
Page Facebook
Résumé et critique - cineclubdecaen.com
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques