Marina Abramovic - The Artist is present


Marina Abramovic redéfinit l’Art depuis près de quarante ans. Utilisant son corps comme médium, dépassant ses propres limites, quitte à risquer sa vie, elle crée des performances qui choquent, provoquent et émeuvent.

Alors qu’elle se prépare pour l’un des événements majeurs de sa carrière, une rétrospective au MoMA de New York, Marina va enfin pouvoir répondre à la question qui lui est posée sans relâche : en quoi est-ce de l’Art ?

«Les deux principaux objectifs que je m’étais fixés au départ étaient de m’adresser à un public plus large que le seul petit monde de l’art, et d’éviter le piège du biopic laborieux. J’avais des doutes sur la pratique de la performance artistique. Je connaissais la place de Marina dans l’histoire de l’art, mais la performance, par définition, est quelque chose d’éphémère, et seule une rencontre de première main peut vous permettre d’expérimenter toute la force de son impact. Pendant dix mois, je me suis donc documenté sur les moindres recoins de la vie de Marina. Je me suis appuyé sur des textes historiques, des vidéos, les récits de témoins. Je l’ai suivie dans six pays, enregistrant des centaines d’heures de rencontres avec des collègues, des amis, des critiques, ainsi que sa reprise de contact avec Ulay – son amant et collaborateur pendant 12 ans. J’ai également filmé dans son intégralité une nouvelle performance qu’elle a donnée dans l’Atrium du MoMA.

Une chose est ressortie nettement de mon travail sur l’oeuvre de Marina : à quel point le public était une partie intégrante de l’accomplissement de son art. Bien que solidement ancré dans la personne de Marina, son travail n’avait simultanément et paradoxalement rien à voir avec elle. Plutôt que de regarder dans les yeux de Marina et d’y voir l’artiste, les participants y percevaient souvent ce qu’ils décriraient comme des projections d’eux mêmes. Il m’est clairement apparu que The Artist is present avait une valeur indéniable, et était, de surcroît, très puissant. Ce que je souhaite, c’est que les spectateurs du film aient une approche expérimentale des concepts présents dans le travail de Marina, pour que cela révèle quelque chose sur eux-mêmes, comme ça a sans aucun doute été le cas pour moi. » (Matthew Akers)
USA, 2012
1h45

Réalisation, scénario et photographie : Matthew Akers
Musique : Nathan Alpern
Avec : Marina Abramovic, Ulay, Klaus Biesenbach, David Balliano, Chrissie Iles, Arthur Danto
Distribution : Pretty Pictures
Critique - alphabetamagazine.com
Critique - iletaitunefoislecinema.com
Dossier - commeaucinema.com
Page Facebook du film
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques