Le Procès de Viviane Amsalem
(Gett)


Viviane Amsalem a quitté le domicile conjugal et vit dorénavant chez une amie. Elle ne peut plus supporter son mari et ne veut vivre avec lui.

Elle veut divorcer. Seulement, elle ne peut obtenir ce divorce que si son mari y consent. La loi israélienne sur le divorce est ainsi faite. Or, il ne veut pas en entendre parler. L'un et l'autre se retrouvent face à trois juges pour tenter de trouver une solution mais l'obstination du mari, soutenu par les juges, empêche Viviane d'avoir gain de cause. Elle n'entend pour autant pas renoncer à se battre jusqu'au bout pour retrouver sa liberté...

La sobriété du décor (une petite pièce, deux tables, une troisième, sur une estrade, pour les juges) contraste de manière dynamique avec le drame (Viviane doit obtenir le consentement, même du bout des lèvres, de son mari pour pouvoir reconstruire sa vie) mis en scène par Ronit et Shlomi Elkabetz (Les 7 jours). De manière assez théâtrale, mari et femme vont s'affronter dans cet espace, tentant de convaincre les juges directement et par témoins interposés avec beaucoup de malice... Un vrai parcours du combattant pour Viviane.

L'ensemble est jubilatoire tant les dialogues tragi-comiques font mouche à chaque fois. Et le film en dit long sur la difficulté pour une femme de vivre librement dans la société israélienne d'aujourd'hui.

Willy Durand
Israël, 2013
1h55

Réalisation et scénario : Ronit et Shlomi Elkabetz
Photographie : Jeanne Lapoirie
Interprètes : Ronit Elkabetz, Simon Abkarian, Menashe Noy, Sasson Gabai, Eli Gornstein, Albert Iluz
Distribution : Les Films du Losange
Critique - critikat.com
Dossier - commeaucinema.com
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques