Dans la cour


Dans ce huitième film de Pierre Salvadori, ce qui rapproche Mathilde (Catherine Deneuve, toujours aussi parfaite) et Antoine (formidable Gustave Kervern), c'est une lézarde, celle d'abord qui court sur le mur de la salle à manger et qui inquiète Mathilde au point qu'elle fasse appel à un entrepreneur pour qu'il vérifie la solidité de l'immeuble dans lequel elle habite.

Celle, ensuite, qui rend la femme un peu fêlée et qui fait dire à son mari que l'amitié d'un concierge (légèrement lézard dans son lit) ne sera pas d'un grand secours à la malheureuse.

La survie de Mathilde passe pourtant par ce compagnonnage improbable. Hurluberlu dépressif, menteur maladroit, comique presque malgré lui, Antoine fait en effet de la cour dont il s'occupe, un lieu protecteur pour quelques éclopés de la vie, et un endroit pour ceux (parmi lesquels Mathilde) qu'on n'écoute pas d'ordinaire. Alors que le monde vaque à ses occupations sans trop s'occuper du voisin, il établit un territoire urbain où l'humanité est préservée. Là, entre ces quatre murs, on pleure, on rit, on se fout des règlements intérieurs comme de sa première chemise, on entasse les vélos malgré les interdits, on arrose les pavés tout en se prenant pour un cow-boy, bref : on vit !

Film sensible et délicieusement dérangé, Dans la cour réussit l'alliance parfaite du rire et des larmes, de la comédie et du drame. Un petit bijou à ne pas manquer.

Yannick Lemarié
France, 2014
1h40

Réalisation : Pierre Salvadori
Scénario : David Léotard, Pierre Salvadori
Photographie : Gilles Henry
Musique : Stephin Merritt
Interprètes : Catherine Deneuve, Gustave Kervern, Féodor Atkine, Pio Marmai, Michèle Moretti, Nicolas Bouchaud
Distribution : Wild Bunch Distribution
Critique - cafe-geo.net
Critique - lesinrocks.com
Dossier - commeaucinema.com
Page Facebook du film
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques